Attentats du 13 novembre : un procès au dispositif exceptionnel

Attentats du 13 novembre : un procès au dispositif exceptionnel ©Capture d'écran LeHuffPost

publié le dimanche 05 septembre 2021 à 11h36

Mercredi 8 septembre s'ouvrira le procès des attentats du 13 novembre en France. Franceinfo explique qu'à cette occasion, une salle d'audience spéciale sera mise en place dans le vieux palais de justice de l'île de la Cité à Paris.

À partir du mercredi 8 septembre, les regards seront rivés vers le vieux palais de justice de l'île de la Cité à Paris.

C'est là-bas que se tiendra l'audience du procès des attentats du 13 novembre. Un moment attendu par de nombreuses familles de victimes et qui se déroulera dans un dispositif jamais vu.


Franceinfo détaille en quoi ce procès va prendre une dimension unique. La salle d'audience a été aménagée de manière à créer la plus vaste jamais vue en France, qui sera ensuite démontée. Elle est en capacité d'accueillir 550 personnes regroupées dans un espace de 750 mètres carrés (45 mètres de long et 15 mètres de large). En revanche, en raison du contexte sanitaire, une place sur deux sera occupée. 7,5 millions d'euros ont été dépensés pour financer des travaux qui se sont achevés au mois de juin dernier.

Salah Abdeslam jugé

Salah Abdeslam est le seul à avoir survécu parmi les membres des commandos terroristes qui ont frappé à Paris mais aussi aux abords du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Il sera donc jugé à partir de mercredi.

Parmi les accusés figurent également six personnes suspectées de l'avoir aidé durant sa cavale. Cinq autres sont accusées d'avoir aidé Salah Abdeslam à préparer l'attaque et deux autres, Adel Haddadi et Muhammad Usman, devaient, eux, participer aux attentats. Six absents au procès, visés par un mandat d'arrêt, seront jugés par défaut. Selon franceinfo, cinq d'entre eux sont donnés pour mort.

Un système de sécurité renforcé

La justice française a imaginé un protocole précis pour leur arrivée à la salle d'audience, rapporte franceinfo. Escortés sous haute protection, leurs trajets seront gardés secrets. Douze portiques de sécurité sont présents sur place et un périmètre de sécurité sera instauré autour du palais de justice. Une fois dans l'enceinte, les prévenus devront attendre dans l'ancien dépôt du palais pour ne pas être en contact avec le reste des accusés. Pour ce qui est des civils et des médias, ils devront emprunter une autre entrée.

Le calendrier prévisionnel annonce un procès qui pourrait durer plus de huit mois et sujet à de potentielles modifications en raison du nombre de parties civiles entendues ou de l'évolution du contexte sanitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.