Attentats du 13 novembre : un chauffeur de Salah Abdeslam remis en liberté

Attentats du 13 novembre : un chauffeur de Salah Abdeslam remis en liberté
Les forces de l'ordre devant le Palais de justice de Bruxelles (Belgique) lors de la comparution devant la chambre du conseil de Mohammed Amri et Hamza Attou, le 20 novembre 2015.

Orange avec AFP, publié le mardi 15 mai 2018 à 17h10

Poursuivi pour "recel" de malfaiteur terroriste, le Belge Hamza Attou a été remis en liberté par la justice française. Le chef d'inculpation limite en effet la durée de détention préventive.

Selon la chaîne privée belge RTL-TVI, il pourrait rentrer à Bruxelles en attendant le procès des attentats à Paris.

Au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, le Belge Hamza Attou avait rapatrié Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des attaques qui ont fait 130 morts à Paris et à Saint-Denis, de la région parisienne à Bruxelles en compagnie de Mohamed Amri. Arrêté dans la commune bruxelloise de Molenbeek le 14 novembre, tout comme M. Amri, M. Attou avait d'abord été inculpé et incarcéré en Belgique avant d'être transféré en juin 2016 en France.



Poursuivi pour "recel" de malfaiteur terroriste, Hamza Attou, 24 ans, a été remis en liberté sous conditions lundi 14 mai par la justice française, a indiqué mardi à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information de RTL Belgique. Le chef d'inculpation limite en effet la durée de détention préventive. "Il n'y a plus aucune nécessité pour l'instruction de le maintenir en détention préventive. Il a reconnu le transport et n'est plus impliqué pour les attentats eux-mêmes", a ajouté cette source proche du dossier.

ENCORE 8 SUSPECTS DÉTENUS

Selon la chaîne privée belge RTL-TVI, il pourrait rentrer à Bruxelles en attendant le procès des attentats à Paris, et être soumis d'ici là à une stricte surveillance de la part des autorités belges.

Après la libération de Hamza Attou, sept suspects sont encore détenus en France et un en Belgique. Par ailleurs, trois autres suspects aux mains de la justice belge sont visés par un mandat d'arrêt des magistrats français.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU