Soupçons de dopage de chevaux, série d'interpellations en France

Soupçons de dopage de chevaux, série d'interpellations en France
Une quinzaine de personnes ont été interpellées mardi en France, en raison de soupçons de dopage de chevaux, dont trois membres d'une famille très connue dans le monde des courses de galop

publié le mardi 07 décembre 2021 à 17h54

Une quinzaine de personnes ont été interpellées mardi en France en raison de soupçons de dopage de chevaux, dont trois membres de la famille Rossi très connue dans le monde des courses de galop, a-t-on appris de source proche du dossier.

Ces interpellations, pilotées par le Service central des courses et jeux (SCCJ) chargé des investigations, ont eu lieu en région parisienne et dans les Bouches-du-Rhône, un département du sud-est de la France, a-t-on appris de même source, confirmant une information du quotidien Le Parisien.

"Certaines personnes sont entendues sous le régime de la garde à vue, d'autres comme témoins", a précisé la source proche. 

Selon le Parisien, des vétérinaires et des préparateurs sont également entendus.

Parmi les personnes placées en garde à vue figurent Frédéric Rossi et ses deux neveux Cédric et Charley, trois entraîneurs de galopeurs à succès, installés dans les Bouches-du-Rhône.

Ce coup de filet a été ordonné par un juge d'instruction d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône, près de Marseille) dans le cadre d'une information judiciaire ouverte notamment pour dopage équin et escroquerie, à la suite d'un renseignement obtenu par la police judiciaire de Marseille.

Plusieurs perquisitions ont été lancées mardi matin, notamment au centre d'entraînement de Calas (entre Aix-en-Provence et Marseille) où se préparent les chevaux de la famille Rossi, selon la source proche du dossier.

Depuis 2019, Frédéric Rossi, qui entraîne 153 chevaux a fait l'objet de trois procédures devant les instances disciplinaires de France Galop, la société organisatrice des courses hippiques.

La plus récente a abouti, le 9 juin dernier, à la suspension de ses fonctions d'entraîneur pour une durée de trois mois avec sursis. 

L'un de ses poulains avait subi une infiltration de corticoïdes six jours avant de remporter une course, alors que le délai légal est de 14 jours. M. Rossi a fait appel de cette décision, plaidant "que cela relève uniquement d'un problème organisationnel et en aucun cas d'une intention délibérée".

En juin 2019, il avait déjà été sanctionné d'une amende de 1.500 euros après le contrôle positif d'une de ses pouliches à un produit interdit. Il n'avait pas été en mesure de présenter au moment du contrôle une ordonnance justifiant les soins.

En juin 2020, il avait été condamné à une nouvelle amende de 2.000 euros pour des faits analogues.

Frédéric Rossi figure à la cinquième place du classement des entraîneurs établi par France Galop avec 94 victoires en 2021, qui ont rapporté au total 2.512.625 euros de gains. 

Ses neveux Cédric et Charley figurent respectivement à la 10e et 36e place.

"La lutte antidopage est une priorité absolue de la filière des courses qui y consacre un budget annuel de 10 millions d'euros", a réagi France Galop dans un communiqué transmis à l'AFP. 

"Ainsi, la filière hippique réalise près de 30.000 contrôles antidopage par an, en course, à l'entraînement, en sortie d'entraînement et à l'élevage, à la faveur de contrôles inopinés", ajoute la société de courses hippiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.