Harcèlement scolaire : plus d'un millier de participants à une marche blanche en mémoire de Dinah

Chargement en cours
Marche blanche, le 24 octobre 2021 à Mulhouse, à la mémoire de Dinah,  adolescente de 14 ans qui s'est suicidée, victime de harcèlement scolaire selon sa famille
Marche blanche, le 24 octobre 2021 à Mulhouse, à la mémoire de Dinah, adolescente de 14 ans qui s'est suicidée, victime de harcèlement scolaire selon sa famille
1/2
© AFP, Frederick FLORIN

publié le dimanche 24 octobre 2021 à 16h34

Une marche blanche à la mémoire de Dinah, adolescente de 14 ans qui s'est suicidée, victime de harcèlement scolaire selon sa famille, a réuni plus d'un millier de participants dimanche après-midi à Mulhouse.

Le cortège, conduit par les parents et le frère de l'adolescente qui s'est pendue dans la nuit du 4 au 5 octobre à son domicile, a parcouru les rues du centre ville, massé derrière une banderole proclamant : "Dinah, à tout jamais dans nos cœurs".

Les mots "Dinah repose en paix" et "A la mémoire de Dinah. Stop harcèlement", barraient d'autres banderoles. Parmi les participants à la marche, venus pour beaucoup en famille et une rose blanche à la main, certains ont scandé "justice pour Dinah", "les mots blessent, les mots tuent" ou "plus jamais ça".

"Elle s'appelait Dinah, elle allait avoir 15 ans", a rappelé la mère de l'adolescente avant le départ du cortège, lançant, la voix brisée, cet appel : "Il faut que le harcèlement cesse".

"Ma fille a été harcelée pendant deux ans, pendant deux ans, on a fait des pieds et des mains pour que ça s'arrête" mais elle a été "poursuivie jusqu'à la maison, jusqu'aux réseaux sociaux", a-t-elle expliqué.

Dinah "était une personne intelligente, elle aimait la vie, elle voulait être présidente de la République, elle voulait faire du droit, elle voulait faire tellement de choses", a poursuivi sa mère.

"Je vous en supplie, ceux qui ont des enfants, parlez-leur, dites-leur de ne pas harceler, dites-leur que c'est grave, et pour les autres, dites-leur de se défendre", a-t-elle encore imploré.

Selon la mère de Dinah, qui a reproché au corps enseignant des "négligences" et d'avoir "fermé les yeux" sur le drame vécu par sa fille, celle-ci avait reçu des messages comme "ne t'inquiète pas tu vas bientôt mourir" ou "on va t'envoyer des liens sur internet pour que tu puisses crever", après une première tentative de suicide.

Arrivée devant le lycée Lambert que fréquentait l'adolescente, la foule a scandé "Dinah, Dinah, Dinah..." sous les applaudissements, avant de se disperser.

Interrogée par l'AFP, la procureure de la République de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot, avait indiqué vendredi qu'une enquête pour recherche des causes de la mort avait été ouverte.

Elle doit permettre "de comprendre les raisons du geste de cette adolescente qui avait fait l'objet selon ses proches de harcèlement au sein de son établissement scolaire quelque temps auparavant", a-t-elle précisé.

"Dans l'immédiat", le harcèlement est "une hypothèse", a insisté la magistrate.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.