Fariba Adelkhah, chercheuse française détenue en Iran, a été hospitalisée

Fariba Adelkhah, chercheuse française détenue en Iran, a été hospitalisée
Photo prise en 2012 en un lieu inconnu et diffusée par Sciences Po Paris le 16 juillet 2019 de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkah, actuellement détenue en Iran

, publié le mardi 25 février 2020 à 17h32

Fariba Adelkhah, universitaire franco-iranienne détenue en Iran depuis juin, a été admise dimanche à l'hôpital de la prison d'Evine où elle est incarcérée à Téhéran, a indiqué mardi son avocat à l'AFP.

Cette hospitalisation est la conséquence d'une grave détérioration de son état de santé, a précisé Me Saïd Dehqan, y voyant le résultat de la grève de la faim que cette anthropologue a menée de fin décembre à mi-février. 

"Malheureusement ses reins ont été abîmés" et son état de santé est "inquiétant", a ajouté l'avocat.

Me Dehqan a aussi exprimé la crainte que Mme Adelkhah contracte le nouveau coronavirus qui a fait officiellement 15 morts en Iran.

"Notre crainte est que les hôpitaux à l'extérieur (de la prison) ne soient pas sûrs", a-t-il déclaré, disant craindre également que les maris des autres détenues autorisés à leur rendre visite en prison puissent contaminer ces dernières.

Mme Adelkhah est poursuivie pour "propagande contre le système" politique de la République islamique d'Iran et "collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale".

Ce dernier chef d'accusation a également été retenu contre son compagnon, l'universitaire français Roland Marchal, détenu comme elle depuis juin par la République islamique.

"M. Marchal va bien mais il est très en colère, tout comme Mme Adelkhah, à cause de leur détention illégale", a dit M. Dehqan à l'AFP.

La première audience des deux universitaires a été fixée au 3 mars devant la 15e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran.

Mme Adelkhah est une anthropologue renommée, spécialiste du chiisme. M. Marchal est lui spécialiste de la Corne de l'Afrique.

- Détenu iranien en France -

Paris ne cesse de réclamer la libération de ces deux membres du Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po Paris, mais face à ces demandes répétées, la République islamique dénonce régulièrement ce qu'elle présente comme une ingérence dans ses affaires intérieures.

L'Iran ne reconnaît pas la double nationalité. Les arrestations d'étrangers en Iran, notamment binationaux, accusés souvent d'espionnage, se sont multipliées depuis le retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et le rétablissement de dures sanctions américaines contre Téhéran.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait qualifié début février d'"insupportables" les détentions de Fariba Adelkhah et Roland Marchal.

Le comité de soutien des deux chercheurs estime que les charges retenues contre eux sont fabriquées de toutes pièces et ne cesse de réclamer leur libération immédiate.

Selon Jean-François Bayart, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et membre de ce comité, l'Iran détient "dix à quinze" ressortissants étrangers, souvent binationaux, comme l'universitaire australienne Kylie Moore-Gilbert et l'Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, employée de la Fondation Thomson Reuters.

Mme Moore-Gilbert purge une peine de dix ans d'emprisonnement après avoir été reconnue coupable d'espionnage. 

Employée de la Fondation Thomson Reuters liée à l'agence de presse canado-britannique du même nom, Mme Zaghari-Ratcliffe a été arrêtée en avril 2016 à Téhéran, puis condamnée en septembre de la même année à cinq ans de prison pour participation à des manifestations contre le pouvoir en 2009, accusation qu'elle dément.

Au cours des derniers mois, l'Iran a procédé à plusieurs échanges de prisonniers avec des pays détenant des ressortissants iraniens condamnés, en attente de procès, ou menacés d'extradition vers les Etats-Unis.

La République islamique a ainsi échangé il y a quelques jours un Allemand détenu en Iran contre une Iranien détenu en Allemagne et menacé d'extradition vers les Etats-Unis.

Le 12 février, Jalal Rouhollahnejad, ingénieur iranien détenu en France et accusé par Washington d'avoir tenté de faire entrer en Iran du matériel technologique en violation des sanctions américaines contre la République islamique, s'est pourvu en cassation pour éviter son extradition aux Etats-Unis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.