Attentat de Trèbes : "j'aimerais qu'il oublie", confie le père d'un blessé sorti de l'hôpital

Attentat de Trèbes : "j'aimerais qu'il oublie", confie le père d'un blessé sorti de l'hôpital
Le supermarché de Trèbes où la prise d'otages a eu lieu le 23 mars.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 28 avril 2018 à 09h51

Le père de Renato Silva, 26 ans, témoigne auprès de BFMTV alors que son fils vient de rentrer à la maison. Le 23 mars, à Carcassonne, il avait reçu une balle dans la tête.

Il est resté près d'un mois à l'hôpital et est resté placé plusieurs jours en coma artificiel.

Mais Renato Silva, 26 ans, est aujourd'hui tiré d'affaire. Il est sorti de l'hôpital de Perpignan (Aude) vendredi 27 avril où il était soigné depuis le 23 mars. Ce jour-là, il est blessé d'une balle dans la tête par Radouane Lakdim qui a tué 4 personnes lors de les attaques menées à Carcassonne et Trèbes. BFMTV a pu recueillir le témoignage du père du rescapé, Duarte Nuno de Oliveira Silva, à son domicile de Villemoustaussou, dans l'Aude.



"Il est très content de rentrer à la maison", commente-t-il. "Il est un peu choqué mais je pense que ça va passer avec le temps (...) Je ne veux pas trop parler de ça avec lui, j'aimerais qu'il oublie si possible", poursuit-il.

La balle toujours logée dans le cerveau

Son fil est la première victime du terroriste. Il se trouvait au volant d'un véhicule au côté d'un autre homme, Jean Mazières, qui lui a trouvé la mort sous le feu de l'attaquant. Renato Silva vit "toujours avec la balle dans le cerveau. Il a une paralysie faciale du côté gauche. Pour l'instant, il n'entend pas de l'oreille gauche", précise son père pour la chaîne d'information en continu. Pour l'heure, son père ne sait pas si son fils gardera ou non ces séquelles ni s'il sera opéré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.