Attentat de Saint-Michel : l'émouvant témoignage de la conductrice du RER

Attentat de Saint-Michel : l'émouvant témoignage de la conductrice du RER©Panoramic

publié le samedi 25 juillet 2020 à 17h45

Vingt-cinq ans après l'attentat du RER à Saint-Michel, une agent RATP présente sur place à l'époque raconte. Avec le traumatisme de ce 25 juillet 1995 toujours aussi présent.

"J'ai encore le bruit de la bombe dans les oreilles." Pour Martine Baudros, agent RATP présente lors de l'attentat de Saint-Michel, le choc est toujours aussi vif.

Le 25 juillet 1995, une bombe explose au cœur de la station parisienne de RER. Invitée au micro d'Europe 1 ce samedi 25 juillet, Martine Baudros décrit : "C'est tous les ans pareil. Tous les ans je revis les jours d'avant, comment j'étais, ce que je faisais. Ma vie s'est arrêtée dans ces moments-là."

Elle se remémore : "Ce jour-là, j'étais cheffe de service à Saint-Michel. J'ai entendu le 'boum'. Tout tremblait. Je suis descendue avec un agent, je suis allée voir le conducteur que je connaissais. Depuis on n'a jamais pu se parler tous les deux : à chaque fois que l'on se voyait, on était mal."

Au-delà du traumatisme, Martine Baudros, aujourd'hui retraitée, regrette le manque de soutien psychologique. "Aujourd'hui quand il y a un attentat, il y a des cellules, on prend tout de suite les gens en charge. Tandis que nous on a essuyé les plâtres (...) C'est horrible de vivre ça." L'attentat de ce 25 juillet avait été revendiqué par le Groupe islamique armé (GIA), et fait 8 morts et 117 blessés.

Europe 1 rappelle que la bombe avait "explosé à 17 heures, dans un train qui se trouvait alors au deuxième sous-sol de la station". Tous les ans, à la date anniversaire, Marine Baudros se rend sur place afin de déposer un bouquet de fleurs. "Je me demande toujours pourquoi cela s'est produit, et je n'ai pas de réponse", conclut-elle. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.