Attentat de Nice : les trois enfants d'une des victimes bientôt pupilles du Département

Attentat de Nice : les trois enfants d'une des victimes bientôt pupilles du Département©Panoramic

, publié le samedi 07 novembre 2020 à 11h49

L'annonce a été faite par le député Éric Ciotti, comme le confirme Nice-Matin. Un hommage pour cette mère de 44 ans qui laisse trois orphelins.
 

Alors que la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice (Alpes-Maritimes) survenu le 29 octobre dernier, se tenait ce samedi 7 novembre au matin, les élus locaux ont voulu aller encore plus loin comme le rapporte Nice-Matin.

Les trois enfants de Simone Barreto Silva, tuée à l'âge de 44 ans lors de l'attentat aux côtés de Vincent Loquès (54 ans) et de Nadine Devillers (60 ans), vont être faits pupilles du Département. Une distinction qui s'apparente à celle de pupille de la nation mais à un échelon plus local.
 
C'est le député des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, qui a annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux, ajoutant que le Département les "accompagnerait à hauteur de 500 euros par mois jusqu'à leurs 18 ans". Selon le quotidien régional, le président de la commission des finances du département a devancé le Département en annonçant la nouvelle et ce "sans attendre que le dossier ne soit étudié", peut-on apprendre. Le Département s'occupe en effet des mineurs isolés et des services d'aide sociale à l'enfance. Pour l'entourage de la mère de famille décédée, il s'agit d'une marque de reconnaissance.
 
Médailles remises




Créé en 1917, ce statut permet aux orphelins de bénéficier d'aides. A l'époque, il assurait leur subsistance à la sortie de la Grand guerre. Aujourd'hui, il concerne les mineurs de moins de 21 ans "dont les parents ont été tués, blessés par la guerre ou lors d'attentats terroristes". Pendant l'hommage de ce samedi matin, le Premier ministre Jean Castex a remis des médailles de reconnaissance aux trois victimes "au nom du président de la République". Il a ensuite salué le courage de Simone Barreto Silva, qui a donné l'alerte le jour de l'attaque, malgré ses blessures. "Sans elle, nous aurions peut-être ce matin d'autres victimes à déplorer, d'autres noms à pleurer" a-t-il rappelé avec beaucoup d'émotion.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.