Attentat de Nice : le "faux avocat" du terroriste a tenté de se suicider

Attentat de Nice : le "faux avocat" du terroriste a tenté de se suicider
Me Corentin Delobel s'est présenté à tort dans les médias comme l'ex-avocat du terroriste de Nice (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le mercredi 20 juillet 2016 à 18h44

- La semaine dernière, Me Corentin Delobel s'était fait passer, auprès de plusieurs médias, pour l'ancien avocat du terroriste Mohamed Lahouaiej Bouhlel, auteur du carnage du 14 juillet à Nice (au moins 84 morts). Il a tenté de mettre fin à ses jours dans la nuit de mardi à mercredi et est actuellement hospitalisé.

Il risque la radiation de l'ordre des avocats. -

Lors d'un appel passé ce weekend au bâtonnier de Nice, le jeune avocat de 34 ans a expliqué avoir commis "une erreur" et avoir confondu le terroriste de Nice avec l'un de ses clients au nom "proche ou similaire". Il assure s'être sincèrement "trompé". Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait été condamné, le 24 mars 2016 par le tribunal correctionnel de Nice, à une peine de 6 mois d'emprisonnement avec sursis pour des faits de violences volontaires avec armes commis en janvier 2016.

C'est le véritable avocat du tueur, désigné d'office à l'époque pour le défendre, qui s'est aperçu de la supercherie et a prévenu le bâtonnier samedi 16 juillet après avoir vu des interviews données par son confrère.


HORS DE DANGER

Le bâtonnier de Nice, Jacques Randon, a alors pris la décision de saisir le conseil de discipline de l'ordre régional d'Aix-en-Provence, après un conseil restreint de l'ordre des avocats de Nice restreint tenu ce mercredi matin. Invité à se présenter à cette réunion pour y être entendu, Me Corentin Delobel en a été empêché après avoir fait une tentative de suicide dans la nuit qui l'a conduit aux urgences, où il était toujours mercredi midi. Ses jours ne sont pas en danger. "Les faits sont graves. Il a donné plusieurs interviews dans un contexte dramatique", a indiqué le bâtonnier. "Il risque une radiation pour avoir fait des déclarations à la presse en empruntant la fausse qualité d'ex-avocat de Mohamed Lahouaiej".

"Je ne comprends pas pourquoi il a fait ça", a déclaré l'une de ses amies avocate au Figaro, reconnaissant que son confrère a commis une "faute". "Je l'ai eu au téléphone hier soir, il était effondré, il s'en voulait, il ne comprenait pas l'acharnement qu'il y avait contre lui mais j'ignore s'il a fait cela volontairement ou non. Seul le bâtonnier pourra en juger". Ce dernier a indiqué à l'AFP que de nombreux avocats locaux sont "furieux" contre leur confrère, alors même que le barreau a été endeuillé par la mort, au cours de cet attentat, de Me Myriam Bellazouz, une jeune avocate de 29 ans du barreau de Nice, fauchée avec sa mère par le camion.

"C'est quelqu'un qui était prêt à tout pour y parvenir", a déclaré au Figaro une ancienne de ses collaboratrices qui explique avoir vécu "une mauvaise expérience" avec Me Corentin Delobel. "Il a donné une dernière interview malgré la mise en garde du bâtonnier. C'est honteux, il a bafoué les règles déontologique. Je ne sais pas comment il est entré dans notre profession mais aujourd'hui il jette le discrédit sur celle-ci".

Le véritable ex-avocat d'office de Mohamed Lahouaiej Bouhlel a lui fait savoir qu'il ne souhaitait pas s'exprimer publiquement sur son ancien client.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.