En direct : Attentat dans l'Aude : la France rend hommage à Arnaud Beltrame

Attentat dans l'Aude : la France rend hommage à Arnaud Beltrame
Un premier hommage a été rendu au ministère de l'Intérieur, à Paris.

AFP, publié le mercredi 28 mars 2018 à 11h30

Une cérémonie publique en hommage au lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame est organisée aux Invalides, en présence du président Emmanuel Macron.

28/03 à 12:59
28/03 à 12:58

La France, par la voix d'Emmanuel Macron, vient de rendre un vibrant hommage au colonel Arnaud Beltrame qui a donné sa vie vendredi lors des attaques jihadistes dans l'Aude.

Arnaud Beltrame incarne "l'esprit français de résistance", a salué le président de la République devant la dépouille du gendarme, élevé pour l'occasion au rang de commandeur de la Légion d'honneur.

"Il rejoint le cortège valeureux des héros qu'il chérissait", a déclaré le chef de l'Etat dans son éloge funèbre, affirmant que "sa mémoire vivra".

Dans son oraison, il a fustigé "l'obscurantisme barbare" et a lié la mort de Beltrame à celle de Mireille Knoll, l'octogénaire juive "assassinée parce que juive" dans son appartement parisien.

"Ce ne sont pas seulement les organisations terroristes, les armées de Daech, les imams de haine et de mort que nous combattons. Ce que nous combattons, c'est aussi cet islamisme souterrain (...) qui sur notre sol endoctrine par proximité et corrompt au quotidien", a déclaré le chef de l'Etat, dénonçant cet "ennemi insidieux qui exige de chaque citoyen un regain de vigilance et de civisme".

Le temps d'une matinée, cette cérémonie a mis entre parenthèses la polémique sur la politique antiterroriste du gouvernement qui n'a cessé d'enfler depuis les attaques menées vendredi à Carcassonne et Trèbes par Radouane Lakdim, un petit délinquant radicalisé.

Ses obsèques seront célébrées demain à Ferrals, dans les Corbières, où il résidait avec son épouse. Les trois autres victimes - Hervé Sosna, Jean Mazières et Christian Medves - seront également inhumées demain.

FIN DU DIRECT

28/03 à 12:34

Beaucoup d'émotion dans la galerie durant le discours du chef de l'Etat. 

Les têtes sont baissées, les traits du visage tirés. 

Et il n'y a pas un mot. A la fin du discours, des +vive la  France+ se font entendre.

28/03 à 12:40

La foule quitte la cour des Invalides

28/03 à 12:39

La dépouille du colonel Beltrame quitte les Invalides

28/03 à 12:38
28/03 à 12:33

L'"obscurantisme barbare (...) nie la valeur que nous donnons à la vie, valeur niée par le terroriste de Trèbes, valeur niée par le meurtrier de Mireille Knoll, qui a assassiné une femme innocente et vulnérable parce qu'elle était juive et qui ainsi a profané nos valeurs sacrées et notre mémoire", a affirmé le chef de l'Etat dans son allocation solennelle dans la cour d'honneur des Invalides en hommage à Arnaud Beltrame. 

28/03 à 12:31
28/03 à 12:31
28/03 à 12:28

"Ce ne sont pas seulement les organisations terroristes, les armées de Daech, les imams de haine et de mort que nous combattons. Ce que nous combattons, c'est aussi cet islamisme souterrain (...) qui sur notre sol endoctrine par proximité et corrompt au quotidien", a déclaré le chef de l'Etat.

28/03 à 12:21
28/03 à 12:20

"Je vous fais commandeur de la Légion d'honneur et je vous nomme colonel de gendarmerie"

28/03 à 12:15

Macron appelle à "un regain de vigilance et de civisme" face à l'islamisme, "ennemi insidieux"

28/03 à 12:14
28/03 à 12:13
28/03 à 12:18

Macron : "Sa mémoire vivra, son exemple demeurera, j'y veillerai"

28/03 à 12:12

Macron rend hommage à la mémoire de Mireille Knoll, l'octogénaire juive assassinée à Paris "parce que juive".

28/03 à 12:10

Arnaud Beltrame incarne "l'esprit français de résistance", déclare Macron en citant notamment Jean Moulin.

28/03 à 12:11

Macron : le gendarme Beltrame incarne "l’esprit français de résistance"

28/03 à 12:08
28/03 à 12:07
28/03 à 12:05

"L'exemplarité" était pour lui "une vertu cardinale"

28/03 à 12:10

Macron fustige "l'obscurantisme barbare"

28/03 à 12:04

"Il sentait qu'il avait rendez vous avec la mort"

28/03 à 12:02

Macron évoque "la grandeur" du Colonel Beltrame qui a "sidéré la France" 

28/03 à 12:01
28/03 à 11:58

Le président Macron s'approche de la tribune pour prononcer son éloge funèbre

28/03 à 11:56

Les gendarmes qui portent la dépouille de leur camarade se sont arrêtés au centre de la cour. Ils la dépose lentement. 

28/03 à 11:55

Le silence dans la cour des Invalides est solennel

28/03 à 11:54
28/03 à 11:52
28/03 à 11:50
28/03 à 11:47
28/03 à 11:46
28/03 à 11:42

La Marseillaise est entonnée. Emmanuel Macron s'avance sur l'air de la Marche consulaire à Marengo. Il salue les familles.

28/03 à 11:41

Laurent Wauquiez est arrivé avec Christian Jacob et Nadine Morano. Il s'est installé sous la tente, au premier rang face au pupitre où s'exprimera Emmanuel Macron.

Nicolas Sarkozy est arrivé vers 11h15, suivi de François Hollande. Ils se sont serré la main.

Plusieurs centaines de personnes sont dans les coursives, dont beaucoup de gendarmes.

28/03 à 11:40

EMMANUEL MACRON ARRIVE DANS LA COUR DES INVALIDES

28/03 à 11:37

Le convoi présidentiel arrive

28/03 à 11:36

A Carcassonne, dans la petite caserne où était affecté le colonel, le lieutenant-colonel Dominique Brajon rend un ultime hommage au "héros".

Les visages sont fermés, les yeux embués. Certains gendarmes peinent à retenir leurs larmes. 

"Agé de 44 ans, cet officier a servi la France pendant plus de 22 ans dans l'armée de terre, puis dans la gendarmerie, exprimant dans chacune de ses affectations la même ardeur et la même intensité dans l'engagement", dit Dominique Brajon . 

"Animé d'un sens très élevé du devoir, démontré dans de opérations sensibles en France comme à l'étranger, le colonel Arnaud Beltrame est décédé des suites de ses blessures alors qu'il venait de prendre la place d'une otage, derrière laquelle s'abritait l'assassin", rappelle-t-il. 

"Nos pensées attristées vont à cet instants vers son épouse et l'ensemble de sa famille, par son geste héroïque et son sacrifice ultime, conscient du danger auquel il s'exposait, il est allé au bout de son engagement de soldat et de gendarme".

Interrogé par l'AFP, un collègue et ami du colonel Beltrame témoigne, sous couvert d'anonymat: "J'ai une immense tristesse, c'était un homme en or, c'est très dur de gérer tout ça. La gendarmerie est une grande famille, on se soutient tous dans cette douleur".

"Quand on a appris son décès c'était la fin, c'était très compliqué", confie-t-il, ému.

"On s'entraîne pour ce genre de situation, mais on est dans une petite ville, une petite région, on ne s'attend pas à ce que ça nous arrive ... et là on se rend compte que malgré la faible probabilité que ça arrive, ça arrive quand même chez nous. Il faut être prêt".

28/03 à 11:27

Ambiance tres solennelle dans la galerie des Invalides qui est noire de monde, raconte notre journaliste Alexandra Del Peral. On se bouscule pour apercevoir quelque chose. Pas un mot, le temps est comme suspendu. Beaucoup d'émotion lorsque la Marseillaise retenti. Les visages sont fermés.

28/03 à 11:25
28/03 à 11:23
28/03 à 11:23
28/03 à 11:15
28/03 à 11:16
28/03 à 11:14

Laurent Wauquiez sur FranceInfo : "Un héros ça nous oblige. Il a donné sa vie (...) pour arrêter l’avancée de l'intégrisme islamiste et la question qu’il nous pose, c’est qu'est-ce que nous on va faire. Est-ce qu’on va persister dans notre aveuglement?"

28/03 à 11:11
28/03 à 11:04
28/03 à 11:02

A Carcassonne, environ 80  personnes sont rassemblées dans la cour de la caserne du colonel, constate Hugues Jeanneaud, notre envoyé spécial.

Parmi eux se trouvent certains collègues qui étaient eux-mêmes engagés vendredi dans l'opération au supermarché de Trèbes. 

28/03 à 11:02

"Homme de bien, homme de coeur". L'officier de gendarmerie Arnaud Beltrame, assassiné après s'être substitué à une otage du jihadiste de l'Aude, a été fidèle jusqu'à son dernier souffle à son sens du "sacrifice".

"En donnant sa vie pour mettre un terme à l'équipée meurtrière d’un terroriste djihadiste, il est tombé en héros", a souligné le président Emmanuel Macron, qui doit prononcer dans l'heure l'éloge funèbre sur la place des Invalides.

Pour ses proches, l'acte de bravoure du lieutenant-colonel, qui a été fait colonel à titre posthume, était une évidence, tant ses convictions au service de la patrie lui étaient chevillées au corps.

"Tu t'es comporté dans tes derniers instants comme tu t'es comporté durant toute ta vie: en patriote, en homme de bien, en homme de coeur", a écrit son frère Damien sur Facebook. 

Arnaud disait "souvent +ma patrie, c'est avant ma famille+, ce que j'acceptais", a rapporté sur RTL sa mère Nicolle qui n'a pas de haine vis-à-vis de l'assassin de son fils, juste "de l'indifférence et le plus grand mépris".

"Pour lui, être gendarme, ça veut dire protéger", a confié sa veuve Marielle à l'hebdomadaire chrétien La Vie. "C'est le geste d'un gendarme et le geste d'un chrétien, on ne peut pas séparer l'un de l'autre", a ajouté cette vétérinaire, dont le mariage religieux devait être célébré en juin en Bretagne, où son époux avait ses racines.

"Seule sa foi peut expliquer la folie de ce sacrifice qui fait aujourd'hui l'admiration de tous", a également estimé le père Jean-Baptiste, qui a accompagné le couple dans sa préparation au mariage et a donné l'extrême onction au gendarme samedi à l'hôpital de Carcassonne. 

"Il savait que sa vie (...) était aussi à Dieu, à la France, à ses frères en danger de mort", a encore écrit le prêtre sur le site du diocèse, évoquant l'"authentique conversion" du gendarme à près de 33 ans.

Quelqu'un de "très nature, de très famille", selon son cousin Johann Nicolic. L'officier, initié de la Grande Loge de France depuis 2008, avait enterré son père le 16 mars, sans doute victime d'un accident ou d'un malaise en mer au large du Grau-du-Roi (Gard).

Les obsèques d'Arnaud Beltrame, qui sera élevé au grade de commandeur de la Légion d’honneur, auront lieu jeudi en la cathédrale de Carcassonne avant l'inhumation à Ferrals-les-Corbières (Aude) où le couple résidait. 

Mercredi, il sera également décoré à titre posthume des médailles de la sécurité intérieure, de la gendarmerie nationale et de celle pour acte de courage et dévouement. 

- Jusqu'au bout de son engagement -

Pour le général Richard Lizurey, le patron des gendarmes, l'officier, qui a péri poignardé en "bouclier humain" du jihadiste dans le Super U de Trèbes, "est allé jusqu'au bout de son engagement, en cela la gendarmerie nationale est fière de ce qu'il a fait, fière d'avoir compté Arnaud Beltrame dans ses rangs". 

Silhouette élancée, yeux clairs, jovial et convivial, Arnaud Beltrame avait gravi un à un les échelons de la gendarmerie, après s'être engagé il y a 23 ans comme officier de réserve.

Il était sorti major de l’Ecole militaire interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan en 1999, où ses supérieurs avaient décelé en lui un militaire "qui se bat jusqu'au bout et n'abandonne jamais", selon l'Elysée. 

Il était sorti également major de l'école des officiers de la gendarmerie en 2001 avant d'être retenu en 2003 avec six autres gendarmes sur 80 candidats pour intégrer le GSIGN (actuel GIGN). 

Il avait ensuite fait partie de l'Escadron parachutiste d'intervention de la Gendarmerie nationale (EPIGN), une unité d'élite, effectuant notamment des missions sensibles en Irak.  

Devenu par la suite commandant de compagnie au sein de la Garde Républicaine affecté pendant quatre ans à la sécurité de l'Elysée, il avait été commandant de la compagnie d'Avranches (Manche) jusqu'en 2014, puis conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l’Écologie, avant de devenir numéro 3 du groupement de l'Aude il y a un an.

"Il avait une haute idée de son devoir", a témoigné à l'AFP un ami, Jean-Pierre Raboteau, ancien militaire élu à Trédion (Morbihan), où vit la mère du défunt. "Je lui avais dit +on a un chèque en blanc sur la vie+, il m'avait dit que +oui+".

28/03 à 10:59
28/03 à 10:57
28/03 à 10:56

Le ministre de l'Education nationale a appelé les enseignants à organiser "un temps d'explication et d'échange" avec leurs élèves mercredi, jour de l'hommage national rendu au colonel Arnaud Beltrame, mort lors des attaques jihadistes dans l'Aude la semaine dernière.

"Dans les écoles et les établissements scolaires, il est important que ce moment de recueillement, dont la forme doit prendre en compte l’âge des élèves, puisse être accompagné d’un temps d’explication et d’échange", indique un courrier de Jean-Michel Blanquer adressé aux professeurs.

"L'acte héroïque" du colonel Arnaud Beltrame "nous invite à réfléchir aux notions de courage, de dépassement de soi et de citoyenneté au XXIe siècle", ajoute le ministre dans cette lettre. Ce moment "sera également l'occasion de rappeler le rôle des forces de sécurité au service des Français" et "les élèves pourront prendre conscience que la République se nourrit et grandit par l'engagement de chacun".

Après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher en janvier 2015 et du 13-Novembre, les établissements scolaires avaient été incités à observer une minute de silence. 

En janvier 2015, ce moment de recueillement avait été entaché de plusieurs incidents, des élèves refusant d'observer la minute de silence.

28/03 à 10:56

Près de 2000 élèves de lycée Henri IV et Louis le Grand sont venus rendre hommage et le suivre jusqu’aux Invalides.

Parmi eux, Rémi, professeur d’anglais à Henri IV, tient à "rendre les honneurs au gendarmes qui s’est sacrifié pour sauver une otage". "C'est important que les adolescents participent à la tristesse de la nation", estime ce professeur.

Judith, élève de seconde, veut "montrer que la toute la nation est unie dans son ensemble pour lui rendre hommage".  Pour elle, l'acte d'Arnaud Beltrame "doit être valorisé" et "être là aujourd'hui, c'est un acte de résistance".

Victoire, étudiante à Sciences-Po, a tenu aussi à être là: "ça me semblait important de participer à cet hommage et de rendre les honneurs au colonel Beltrame qui nous a permis d’aller au-delà de la colère et de la haine, de dépasser ces événements brutaux", témoigne la jeune femme de 23 ans.

28/03 à 10:53
28/03 à 10:52

Le temps d'une matinée, cette cérémonie mettra entre parenthèses la polémique sur la politique antiterroriste du gouvernement qui n'a cessé d'enfler depuis que Radouane Lakdim, un petit délinquant radicalisé, dont les attaques vendredi à Carcassonne et Trèbes ont fait au total quatre victimes.

28/03 à 10:52

Silhouette élancée et yeux clairs, Arnaud Beltrame était sorti major de l’Ecole militaire interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan en 1999, avant de vivre de riches expériences dans une unité d'élite de parachutistes, en Irak, à la sécurité de l'Elysée et au commandement d'une compagnie en Normandie.

Il a été élevé mardi soir à titre postume au rang de Colonel. 

28/03 à 10:49
28/03 à 10:47

Andrée, 64 ans, originaire d'Annecy est venue passer quelques jours à Paris pour voir son fils. Elle en a profité pour être présente.

"C'était important pour moi d'être là pour rendre hommage à tous ces policiers qui nous protègent tous les jours et qui risquent leur vie pour nous. Ça me touche beaucoup, il fallait que je sois là", confie Alexandra Del Peral.

"Il y a déjà beaucoup de monde" dit-elle.

Frédéric, la quarantaine, grand, béret vissé sur la tête: "il y a des moments où il faut être présent. Aujourd hui il fallait être là d'abord pour dire merci et ensuite pour dire stop, il faut que ça s'arrête".

Beaucoup refusent de parler et préfèrent "se recueillir en silence" par "respect" selon une passante qui refuse de donner son prénom.

Dans la cour, on se pousse avoir la meilleure place et être aux premières loges. Parmi les anonymes, aussi de nombreux militaires.

28/03 à 10:45
28/03 à 10:44
28/03 à 10:43

Le convoi funéraire est en train de traverser Paris en longeant les quais de la Seine 

28/03 à 10:42

Jérôme Rivet, notre journaliste à l'Elysée, nous informe que l'esplanade des Invalides est en train de se remplir. 

1200 invités sont prévus ainsi que 1000 places  pour le grand public

Ont été invités : 

- Les représentants des associations nationales d’aide aux victimes (FENVAC, SOS Attentat, AFVT, notamment) et la déléguée interministérielle à l’aide aux victimes, Elisabeth PELSEZ.

- Environ 40 gendarmes (de tous grades) dans un espace réservé

- Le Grand Rabbin de France (Haïm KORSIA), Président du Consistoire central israélite de France (Joël MERGUI), Président du Conseil français du culte musulman (Ahmet OGRAS), Président de l’Assemblée des Evêques orthodoxes de France (Emmanuel ADAMAKIS), Présidente de l’Union des Bouddistes de France (Minh tri VO).

- Les anciens Président de la République CGE, SARKOZY et HOLLANDE et d’anciens premiers ministres (FABIUS, CRESSON, BALLADUR, JUPPE, FILLON, AYRAULT, VALLS et CAZENEUVE) devraient être présents. Les deux Présidents des chambres, la Maire de Paris Anne HIDLAGO

Le Gouvernement sera présent dans son ensemble (directement acheminé depuis le Palais de l’Elysée où se sera déroulé le Conseil des ministres).

- A la droite du Gouvernement, la famille du colonel et celles des autres victimes de l’attaque ainsi que les impliqués (ceux qui ont vécu l’attaque au Super U), soit environ 60 personnes.

- Une délégation de 17 personnes de l’Aude parmi lesquelles : élus et maires des communes touchées par l’attaque. Une soixantaine de forces de l’ordre du département seront présents ainsi qu’environ 30 secouristes et docteurs ou directeurs de centres hospitaliers de Carcassonne et Perpignan.

28/03 à 10:40

Après le départ du cortège, des applaudissements. Autour de la voiture, des motards de la gendarmerie et 6 gendarmes de la Garde républicaine, sous une pluie fine.

L'escorte d’honneur est formée de 45 motocyclistes de la Garde républicaine pour le trajet entre le Panthéon et les Invalides.

Six cavaliers de la Garde républicaine sont à pied et 2.000 écoliers positionnés rue Soufflot.

28/03 à 10:37

La voiture transportant la dépouille du gendarme démarre, direction les Invalides, nous dit notre journaliste sur place Pauline Talagrand.

La foule est très silencieuse

28/03 à 10:33

La minute de silence a eu lieu il y a quelques minutes dans la cour de l'hôtel Beauvau en présence de Gérad Collomb, le ministre de l'Intérieur, et du ministre auprès du ministre de l'Intérieur Jacqueline Gourault ainsi que du patron des gendarmes, Richard Lizurey, devant un portrait du Colonel Beltrame.

Tous le personnel du ministère est descendu dans la cour, rapporte notre journaliste Grégory Danel.

A la fin de la minute de silence, le chœur de l'armée française a entonné une vibrante marseillaise.

28/03 à 10:35
28/03 à 10:30

Arnaud Beltrame "se sentait intrinsèquement gendarme. Pour lui, être gendarme, ça veut dire protéger", a déclaré sa veuve Marielle à l'hebdomadaire chrétien La Vie. Sa décision de se livrer au jihadiste à la place d'une femme prise en otage dans le Super U de Trèbes, près de Carcassonne, a été "le geste d'un gendarme et le geste d'un chrétien", selon elle.

28/03 à 10:30
28/03 à 10:28

Sous une pluie battante, des motards de la gendarmerie nationale sont à l'arrêt, tournant le dos au Panthéon orné de drapeaux tricolores. 

Ils vont bientôt démarrer avec l'ensemble du cortège direction les Invalides.

28/03 à 10:25

A quelques kilomètres des Invalides, place du Panthéon, plusieurs centaines de personnes sont rassemblées le long de la rue Soufflot pour accueillir la dépouille d’Arnaud Beltrame.

28/03 à 10:24

Dans toute la zone des Invalides, un important dispositif policier est déjà déployé, nous dit notre correspondant Guillaume Decamme. 

"Circulez" lance un policier à des touristes surpris par l'imposant dispositif.

Yolande 62 ans sac à dos et imper gris demande à un policier par quelle entrée le cercueil du colonel va entrer. "je ne veux rien manquer" dit-elle.

28/03 à 10:22

Le gendarme Arnaud Beltrame, inconnu il y a une semaine, est célébré aujourd'hui en héros par la France, qui lui rend un hommage national cinq jours après sa mort lors des attaques jihadistes dans l'Aude.

Plusieurs centaines de personnes sont attendues dans la cour de l'hôtel des Invalides où Emmanuel Macron prononcera l'éloge funèbre de cet officier de 44 ans qui "a fait le don de sa vie pour protéger nos concitoyens".

Le temps d'une matinée, cette cérémonie mettra entre parenthèses la polémique sur la politique antiterroriste du gouvernement qui n'a cessé d'enfler depuis que Radouane Lakdim, un petit délinquant radicalisé, a tué vendredi quatre personnes à Carcassonne et Trèbes.

Les ténors de l'opposition les plus virulents, Laurent Wauquiez (LR) et Marine Le Pen (FN), seront présents aux Invalides aux côtés de l'ensemble du gouvernement et des anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Parmi les 400 personnes invitées, figurent aussi les familles des victimes, tuées et blessées, ceux ayant vécu les événements, les maires de Carcassonne et Trèbes ainsi que les représentants des associations nationales de victimes.

Le cercueil d'Arnaud Beltrame sera accompagné par 200 de ses frères d'armes, ses compagnons qui l'ont croisé au cours de sa brillante carrière dans l'armée et la gendarmerie.

Ses obsèques seront célébrées jeudi à Ferrals, dans les Corbières, où il résidait avec son épouse. Les trois autres victimes -Hervé Sosna, Jean Mazières et Christian Medves- seront également inhumées jeudi.

DEBUT DU DIRECT

28/03 à 10:22

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
154 commentaires - Attentat dans l'Aude : la France rend hommage à Arnaud Beltrame
  • Le meilleur hommage que l'on puisse rendre à Arnaud Beltrame (comme à toutes les victimes des terroristes) est de faire ce qu'il a tenté de faire, les désarmer, les neutraliser.

    Pas d'amalgame d'accord! mais que l'on expulse tous ceux qui nous exècrent et cherchent à nous exterminer. Arrêtons de tergiverser! Nous ne sommes pas dans le "vivre ensemble" avec les terroristes.

  • Et moi après un tel hommage ,j'aimerais que Mr Macron soit digne en toutes circonstances du Colonel Bertrame ,ne plus brader ou vendre notre pays au plus offrant ,la France ne le mérite pas ,donc que ce Héros l'inspire chaque jour

  • Sans faire offense au courageux colonel Beltrame, je trouve dommage que les 3 autres victimes innocentes de ce drame n'aient pas été associées (ou si peu) à cette cérémonie.

  • avatar
    minnie-moocher  (privé) -

    Soyons heureux d'avoir Macron comme Président plutôt qu'un des autres dictateurs de la planète........

  • avatar
    fanny62  (privé) -

    hommage au gendarme quant a macron il se ridiculise a ne savoir faire que des discours autant en france qu a l etranger; ce discours etait normal qua macron prenne de la graine de ce heros et fasse autre chose que parler et ne rien faire pour la securite des francais