Attentat à la préfecture de police de Paris : 160 enquêteurs déchiffrent la clé USB de Mickaël Harpon

Attentat à la préfecture de police de Paris : 160 enquêteurs déchiffrent la clé USB de Mickaël Harpon
Mickaël Harpon, agent de la préfecture de police de Paris, est l'auteur de la tuerie du 4 octobre.

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 09 octobre 2019 à 10h44

Une clé USB en particulier intéresse les enquêteurs. Elle a été retrouvée dans le bureau de Mickaël Harpon à la préfecture de police.

Elle contient un tel nombre de données que des renforts ont dû être dépêchés pour la décortiquer. 

En tout 160 enquêteurs sont à pied d'oeuvre pour décrypter la clé USB de Mickaël Harpon. Jeudi, lors d'un périple meurtrier de 7 minutes, ce fonctionnaire de la préfecture, habilité secret défense a tué quatre de ces collègues dans une attaque au couteau. Les enquêteurs ont entrepris d'analyser une clé USB retrouvée dans le bureau de Mickaël Harpon, dont le contenu suscite spéculations et inquiétudes.



"La clé USB contient des données informatiques en très grand nombre" et "des gens sont réquisitionnés dans tous les services (...) pour travailler sur les données", fait valoir une source proche de l'enquête. Selon Le Parisien, une soixantaines de policiers sont ainsi venus prêter main forte aux enquêteurs afin d'éplucher le contenu d'une clé USB de 64 GO qui suscite de nombreuses interrogations. 

600 données à traiter par policier 


Les enquêteurs s'emploient notamment à déterminer si des images de propagande du groupe Etat islamique (EI) qui s'y trouvent ainsi que des données personnelles relatives aux employés de la préfecture de police étaient liées à son activité professionnelle ou ont été téléchargés en prévision d'un acte terroriste. "C'était un informaticien de l'anti-terro à la DRPP, quand il faisait de la maintenance, il pouvait faire des copies du contenu des ordinateurs", rappelle une source proche du dossier. En moyenne, rapporte Le Parisien, chaque policier devra traiter 600 données en moyenne ! 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.