Attaques de l'Aude: récit d'un drame et d'un "sacrifice" qui ont bouleversé la France

Chargement en cours
 Services de sécurité et policiers à l'extérieur du Super-U après la prise d'otage à Trèbes, une commune de 5.700 habitants à 8 km à l'est de Carcassonne, le 23 mars 2018

Services de sécurité et policiers à l'extérieur du Super-U après la prise d'otage à Trèbes, une commune de 5.700 habitants à 8 km à l'est de Carcassonne, le 23 mars 2018

1/5
© AFP, PASCAL PAVANI

AFP, publié le mardi 27 mars 2018 à 13h44

C'est un drame qui a bouleversé la France entière, en raison notamment du "sacrifice" d'un gendarme "héroïque": vendredi dans l'Aude, Radouane Lakdim, un délinquant fiché pour radicalisation a tué quatre personnes et blessé plusieurs autres au nom du groupe jihadiste Etat islamique.

Vendredi 23 mars, le soleil brille sur la plaine entre la Méditerranée et la cité médiévale de Carcassonne. Dans cette ville visitée par plus de deux millions de touristes par an, un homme tue, entre 9H00 et 10H00, sur un terrain boisé, le passager d'une voiture, Jean Mazières, un viticulteur à la retraite, blesse grièvement son conducteur portugais, et vole le véhicule, une Opel Corsa.

A 10h25, les caméras de vidéosurveillance de la ville de Carcassonne enregistrent le passage de la Corsa devant la caserne du 3e régiment parachutiste d'infanterie de marine (RPIMA) mais deux militaires du dispositif sentinelle s'y trouvent.

La voiture reprend alors sa course et se porte à la hauteur de quatre CRS marseillais revenant de leur jogging près de leur caserne à Carcassonne. L'homme tire à six reprises par la fenêtre et blesse un brigadier, la balle passant à quelques centimètres du coeur, selon son frère.

L'assaillant prend ensuite la direction de Trèbes, une commune de 5.700 habitants à 8 km à l'est de Carcassonne. A 10H39, il pénètre dans le supermarché Super U en criant "Allah Akbar" et tue immédiatement près des caisses un employé, Christian Medves, chef boucher, père de deux filles, ainsi qu'un client, Hervé Sosna, maçon à la retraite. Les clients et employés sont évacués, mais le tueur retient encore une femme en otage, dont il se sert comme bouclier humain.

- "Mouvance salafiste" -

L'identité de l'assaillant est révélée par le ministère de l'Intérieur: il s'agit de Radouane Lakdim, un Franco-marocain de 25 ans fiché "S" depuis 2014 en raison de liens supposés "avec la mouvance salafiste". Habitant Carcassonne, il s'est présenté dans le supermarché en "soldat" de l'Etat islamique. Il devait être entendu par la Direction générale de la sécurité intérieure pour "un entretien d'évaluation".

A Trèbes, le Super U est bouclé par les gendarmes et le GIGN. Les enfants sont confinés dans leur école. La citadelle de Carcassonne est évacuée.

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, numéro 3 du groupement de gendarmerie de l'Aude, se porte volontaire pour prendre la place de l'otage. Dans la salle des coffres, le gendarme engage une négociation avec Lakdim qui exige la libération de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des attentats du 13 novembre 2015 (130 morts), emprisonné à Paris.

Le gendarme a laissé son téléphone portable ouvert: A 14H16, trois coups de feu retentissent dans le magasin, provoquant l'assaut du GIGN, qui abat Lakdim. Deux gendarmes sont blessés.

Dans le magasin, on retrouve des munitions, un couteau de chasse, le pistolet et trois engins explosifs que Lakdim avait menacé "de faire péter".

Arnaud Beltrame, lui, présente des lésions par balles non létales et une plaie gravissime à la trachée et au larynx par arme blanche. Il est entre la vie et la mort. Samedi matin: l'officier de 44 ans, marié, succombe à ses blessures. 

- "Tombé en héros" -

"Il est tombé en héros", déclare Emmanuel Macron, qui préside un hommage national mercredi aux Invalides. Le pape François salue "le geste généreux et héroïque" du gendarme.

L'enquête a débuté dès vendredi. Fiché S, Lakdim, qui a fait un mois de prison en 2016 notamment pour "port d'arme prohibé", a fait l'objet d'un suivi des services de renseignements, toujours en cours en mars 2018, mais il n'existait pas de signe précurseur d'un passage à l'acte terroriste, selon le procureur de la République de Paris, François Molins.

A Carcassonne, des hommes du RAID et de la BRI (brigade de recherche et d'intervention), mènent une perquisition dans la cité Ozanam, au domicile de Lakdim. Ils découvrent des notes qui s'apparentent à un testament et font allusion à l'organisation Etat islamique. 

Sa compagne de 18 ans, elle aussi fichée S, présentée comme "convertie", est interpellée vendredi soir. Elle a crié "Allah Akbar" lors de son interpellation, mais "conteste avoir été associée au projet mortifère" de Lakdim, selon M. Molins. Le matin du périple sanglant de son compagnon, elle a posté une sourate promettant l'enfer aux mécréants.

Un ami de Lakdim, âgé de 17 ans, est lui aussi placé en garde à vue. Il conteste toute implication dans l'attentat terroriste.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - Attaques de l'Aude: récit d'un drame et d'un "sacrifice" qui ont bouleversé la France
  • l'état peut étre fier de son laxisme . honte à macron et celui qui était avant

  • A quoi devait donc servir ces longues négociations avec le terroriste ?
    Une fois l'otage remplacé par l'officier de gendarmerie, pourquoi le GIGN n'est il pas intervenu immédiatement , un supermarché est un labyrinthe où il est facile de progresser discrètement jusqu'à portée de tir, surtout face à un assaillant isolé et seul .
    Les négociations sont inutiles et n'apportent rien sinon des risques superflus et mortels (la preuve).
    Les renseignements importants sont récoltés plus tard lors des perquisitions au domicile du terroriste et de l'arrestation de ses proches.
    Je conçois et respecte le geste valeureux de l'officier mais je n'admets pas sa mort qui aurait pu être évitée d'après les informations et le timing donné par la presse.

    Vous devriez postuler à la direction du "GIGN" vos conseils et certitudes seraient bénéfiques pour ce service .......

  • ce drame n'aurait jamais se produire les tireurs d'élite sont formés à ce genre d'opérations, à un moment ou un autre ils devaient bien l'avoir dans leur champ de mire alors pourquoi ne pas l'avoir abattu à ce moment là c'est toujours pareil il faut qu'il y ait des morts pour réagir et tout ça au cause de nos chers ministres de la justice et des armées qui préfèrent qu'un tel individu soit attrapé et mis en prison, logé, nourri et blanchi avec l'argent des bons français je tiens toutefois à féliciter celui qui l'a abattu mais regrette que ce ne soit pas intervenu plus tot

  • Mais pourquoi prendre la place de l'otage ? sachant qu'il n'a aucune chance de s'en tirer , peut être pour avoir du galon ? Il n'existe pas de super Homme !

  • ca va encore durer longtemps ?