En direct : Attaques dans l'Aude : 3 morts, l'assaillant abattu, Daech revendique

Attaques dans l'Aude : 3 morts, l'assaillant abattu, Daech revendique
Des membres des forces de l'ordre devant le supermarché Super U de Trèbes (Aude) où a eu lieu la prise d'otages vendredi 23 mars.

AFP, publié le vendredi 23 mars 2018 à 12h00

Un assaillant a volé une voiture à Carcassonne (Aude), tuant un passager, avant de blesser par balle un CRS et de se rendre dans un supermarché de Trèbes, à une dizaine de kilomètres, où il a tué deux personnes. Il a été tué par les forces de l'ordre en milieu d'après-midi. L'organisation État islamique (EI) a revendiqué les attaques.

23/03 à 17:31

Trois personnes ont été tuées et quatre autres blessées à Carcassonne et Trèbes (Aude) dans une série d'attaques, revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) et commises par un homme seul qui a été abattu par les forces de l'ordre.

L'assaillant, retranché dans un supermarché de Trèbes avec un gendarme en otage, a été tué dans l'après-midi au cours d'un assaut mené par les gendarmes du GIGN.

"Tout porte à croire qu'il s'agit d'une attaque terroriste", la première en France depuis celle de la gare Saint-Charles de Marseille (deux mortes) le 1er octobre, a réagi le président Emmanuel Macron depuis Bruxelles.

"L'homme qui a mené l'attaque de Trèbes dans le sud de la France est un soldat de l'EI, qui a agi en réponse à l'appel" de l'organisation "à viser les pays membres de la coalition" internationale anti-EI, dont fait partie la France, a écrit le groupe jihadiste dans un communiqué de son agence de propagande Amaq.

L'assaillant, Redouane Lakdim, 26 ans, a agi "seul", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb depuis Trèbes, à moins de 10 km de Carcassonne.

"Il était connu pour des faits de petite délinquance et nous l'avions suivi et nous pensions qu'il n'y avait pas de radicalisation, mais il est passé à l'acte brusquement".

L'homme a mené ses attaques en trois temps.

Il a d'abord "volé une voiture à Carcassonne, tuant un passager et blessant gravement le conducteur". Puis un peu plus loin, il a tiré sur un CRS qui rentrait d'un jogging avec plusieurs collègues près d'une caserne. Le CRS a été légèrement blessé à l'épaule.

Quelques minutes plus tard, vers 11H15, il pénétrait dans un supermarché Super U de Trèbes où il "a tué deux autres personnes", un employé et un client.

Alors que les autres otages avaient réussi à prendre la fuite, il a ensuite retenu une femme. Un lieutenant-colonel de gendarmerie dépêché sur les lieux s'est alors proposé pour prendre la place de celle-ci. Vers 14H30, il a été "gravement blessé" par balles par l'assaillant, ce qui a déclenché l'assaut du GIGN, a précisé M. Collomb, en saluant l'"héroïsme" du gendarme.

La France vit sous une constante menace terroriste depuis la vague d'attentats jihadistes sans précédent, parfois de masse, qui ont fait 241 morts depuis 2015.

FIN DU DIRECT

23/03 à 17:18
23/03 à 17:17
23/03 à 17:16

Le procureur de Paris François Molins donnera une conférence de presse à Carcassonne à 19h30.

23/03 à 17:12
23/03 à 17:10

Emmanuel Macron et Edouard Philippe sont arrivés au ministère de l'Intérieur pour "un point de situation" à la cellule interministérielle de crise sur les attaques de l'Aude, a déclaré à l'AFP l'Elysée.

Le président de la République, de retour de Bruxelles, a retrouvé le Premier ministre place Beauvau. Selon son entourage, il pourrait faire une déclaration à la presse à l'issue de cette réunion.

23/03 à 17:05
23/03 à 17:04

Les élèves de Trèbes ont été confinés et sont restés "en sécurité à l'intérieur" des écoles et du collège de Trèbes pendant la durée de la prise d'otages, avant que les mesures de confinement soient levées.

"Dès que nous avons eu connaissance de la situation, nous avons confiné au départ 700 élèves et 100 personnels à Trèbes. Puis, en tout début d'après-midi, ont été mis en confinement tous les élèves des écoles, collèges, lycées publics et privés de Carcassonne suite aux consignes du préfet de l'Aude", annonce l'académie de Montpellier.

"Nous avons invité les familles à ne pas se rendre dans les écoles, collèges et lycées car les élèves y sont en sécurité", a-t-elle ajouté.

Vers 15H45, les mesures de confinement ont été levées.

23/03 à 16:59
23/03 à 16:58
23/03 à 16:56
23/03 à 16:43
23/03 à 16:31
23/03 à 16:30
23/03 à 16:36
23/03 à 16:28
23/03 à 16:17
23/03 à 16:15
23/03 à 16:14
23/03 à 16:12
23/03 à 16:09
23/03 à 16:07

A Bruxelles, Emmanuel Macron a redit que la menace "terroriste" demeurait en France "élevée, (...) parce que nous avons depuis plusieurs mois une menace endogène".

Les assaillants "peuvent être influencés, avoir des liens avec Daech ou avec d'autres forces extérieures relevant du terrorisme islamiste. Pour autant, et je reste prudent parce que l'enquête commence, nous ne sommes plus dans une situation comme il y a 2 ou 3 ans où nous étions face à des offensives menées depuis la zone irako-syrienne sur notre territoire", a expliqué le chef de l'Etat.

"Vous avez beaucoup d'individus qui se sont radicalisés eux-mêmes, qui ont des profils psychiatriques variés, certains qui relèvent de pathologies, d'autres non. Je ne sais pas ce qu'il en est pour le terroriste aujourd'hui", a-t-il poursuivi.  

Emmanuel Macron a précisé que "dans le cadre de l'enquête, il sera rendu compte des éléments de diligence et de suivi qui avaient été effectués" sur l'assaillant à Trèbes. Il y a en France "des individus identifiés comme dangereux qui sont suivis de très près". 

Le procureur de Paris François Molins, attendu sur place, "donnera dès que possible tous les éléments relatifs au début de cette enquête", a précisé le président.

"Je veux assurer les habitants de Trèbes de l'entière mobilisation des services de l'Etat et en particulier des forces de l'ordre", a-t-il ajouté.

23/03 à 15:58

Gérard Collomb a salué l'"héroïsme" du lieutenant-colonel de gendarmerie "gravement blessé" par balle après s'être proposé comme otage dans le supermarché.

"Le lieutenant-colonel de gendarmerie qui était avec ses hommes s'est volontairement substitué à un otage que le terroriste tenait et il est resté avec lui (...) Le terroriste a tiré, le GIGN est intervenu et a abattu le terroriste", a décrit le ministre lors d'une déclaration à la presse à Trèbes. 

23/03 à 15:55
23/03 à 15:48

"Il s'appelait Redouane Lakdim. Il avait 26 ans et était connu pour des faits de petite délinquance et nous l'avions suivi et nous pensions qu'il n'y avait pas de radicalisation, mais il est passé à l'acte brusquement", déclare sur place le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. 

23/03 à 15:39

LE PRENEUR D'OTAGES, REDOUANE LAKDIM,  A AGI SEUL, DECLARE COLLOMB

23/03 à 15:31
23/03 à 15:23
23/03 à 15:11

A Bruxelles, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker exprime son "émotion" après les attaques perpétrées dans l'Aude.

"La France a encore une fois été frappée par un acte lâche et sanglant. Nous exprimons notre émotion et notre plein soutien au peuple français", déclare Jean-Claude Juncker au cours d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles.

23/03 à 14:55

Depuis Bruxelles, le président Emmanuel Macron a affirmé que "tout porte à croire qu'il s'agit d'une attaque terroriste".

"Je serai dans quelques heures à Paris pour suivre et coordonner l'ensemble des mesures à prendre", a déclaré le chef de l'Etat quelques minutes avant que le dénouement de la prise d'otage de Trèbes ne soit connu. Il s'exprimait au début d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel à l'issue d'un sommet européen.

Le chef de l'Etat a assuré de son "soutien tous ceux qui ont eu à affronter et qui affrontent encore cette situation". 

"Les forces de l'ordre, en particulier de la gendarmerie, sont intervenues de manière très rapide et coordonnée après l'attaque dont ont été victimes d'abord des CRS", a précisé le chef de l'Etat.

"Je veux assurer les habitants de Trèbes de l'entière mobilisation des services de l'Etat et en particulier des forces de l'ordre", a ajouté Emmanuel Macron.

23/03 à 14:51

Le gendarme retenu en otage dans le supermarché est blessé par balle.

23/03 à 14:44
23/03 à 14:43

Le preneur d'otages du supermarché est soupçonné d'avoir tué trois personnes et d'avoir blessé deux autres personnes au cours de trois attaques menées ce matin à Carcassonne et à Trèbes.

"Le suspect a d'abord volé une voiture à Carcassonne, tuant un passager et blessant le conducteur, avant de toucher à l'épaule un CRS à proximité de la caserne située non loin de là. Ensuite, il a tué deux autres personnes au cours de la prise d'otages dans le supermarché de Trèbes", ont précisé à l'AFP des sources proches de l'enquête. 

23/03 à 14:39

Le suspect est retranché avec un gendarme dans le supermarché de Trèbes. Il n'y a pas d'autres otages.

23/03 à 14:34

Le chef de l'Etat s'exprime depuis Bruxelles

23/03 à 14:27
23/03 à 14:18
23/03 à 14:06

Le procureur de Paris François Molins se rend sur place

23/03 à 14:05

La prise d'otages dans un supermarché de Trèbes est un mode opératoire déjà utilisé à plusieurs reprises en France ces dernières années par des jihadistes.

- L'Hyper Cacher -

Le 9 janvier 2015, Amedy Coulibaly, un délinquant devenu un islamiste radical en prison, fait irruption dans la supérette Hyper Cacher Porte de Vincennes à Paris et tire sur les employés et clients à la kalachnikov.

Alors qu'il a déjà tué une policière à Montrouge (Hauts-de-Seine) la veille, il tue quatre personnes et prend les autres en otage, dont un groupe de clients qui s'était réfugié dans une chambre froide au sous-sol. Il leur parle, explique son geste comme une "vengeance", pour les persécutions dont sont victimes les musulmans dans le monde.

Après quatre heures de prise d'otage, les forces de l'ordre donnent l'assaut et tuent le terroriste.

- L'imprimerie de Dammartin -

Le même jour, dans une action coordonnée avec la prise d'otage de Coulibaly, les frères Kouachi, en fuite depuis deux jours après la tuerie de Charlie Hebdo (12 morts), débarquent en trombe dans une imprimerie à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne).

Le patron de l'imprimerie, Michel Catalano, les aperçoit avec leurs armes et prévient un employé, Lilian Lepère, d'aller se cacher.

Il va au devant des assaillants, qui le laissent partir environ 1 heure 30 plus tard. Lilian Lepère, lui, s'est réfugié dans un minuscule placard sous un évier.

Recroquevillé, il donne des indications par SMS aux forces de l'ordre, s'efforçant de ne faire aucun bruit. Il est libéré 8 heures 30 après s'être caché, lorsque le GIGN tue les frères Kouachi.

- Le Bataclan -

Le 13 novembre 2015, trois assaillants tirent dans la foule de la salle de spectacle parisienne du Bataclan en plein concert des Eagles of Death Metal. Après le carnage du rez-de-chaussée, deux jihadistes montent à l'étage et rassemblent plusieurs otages sur les balcons. Aucun ne sera tué.

Quand leur acolyte explose, suite à un tir de la police, les deux jihadistes restant se retranchent avec une douzaine de spectateurs dans un couloir, pour un huis-clos de deux heures.

Les policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) nouent d'abord le contact par téléphone. Les jihadistes leur demandent de reculer, veulent un négociateur, préviennent qu'ils ont des otages "à décapiter" et des ceintures explosives.

Puis vient l'assaut. Derrière un bouclier roulant de 180 kg, la BRI avance sous le feu des jihadistes. Lorsque les otages parviennent à passer derrière les policiers, ces derniers ouvrent le feu. Un assaillant est abattu, l'autre se fait exploser.

23/03 à 13:52
23/03 à 13:47

Les élèves sont "en sécurité à l'intérieur" des écoles et du collège de Trèbes (Aude) et "y resteront" pendant la durée de la prise d'otages en cours dans le supermarché de la ville, a affirmé vendredi l'académie de Montpellier.

"Les élèves des (quatre) écoles et du collège de la ville de Trèbes dans l'Aude sont en sécurité à l'intérieur des établissements. Ils y resteront jusqu'à nouvel ordre. Un repas sera servi aux externes. Il est demandé aux familles de ne pas se rendre sur place", a indiqué l'académie dans un communiqué, sans préciser le nombre d'élèves concernés. 

Tous les accès à la ville de Trèbes étaient bouclés par des forces de l'ordre fortement armées, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Les élèves des quatre écoles et du collèges de Trèbes sont en confinement. Un cordon de sécurité a été déployé autour de chaque établissement pour que personne ne puisse accéder. Les familles sont prévenues, via SMS, compte Twitter, téléphone", a précisé le ministère de l'Education nationale. 

23/03 à 13:35
23/03 à 13:30

Tous les accès à la ville de Trèbes sont bloqués dès la sortie de l'autoroute, constate Hervé Gavard, notre journaliste sur place. 

Les forces de l'ordre en armes sont postées à la sortie de l'autoroute, au niveau de Carcassonne.

Un hélicoptère de la gendarmerie survole le secteur de Trèbes.

23/03 à 13:25
23/03 à 13:22

la voiture de l'homme qui a tiré sur des CRS retrouvée sur le parking du supermarché de Trèbes, selon une source proche du dossier

23/03 à 13:13

Le pronostic vital du CRS blessé à Carcassonne n'est "pas engagé", selon Edouard Philippe

23/03 à 13:01
23/03 à 13:01

Les précédentes attaques ont souvent ciblé les forces de l'ordre.

Le 15 septembre au matin, un homme de 39 ans armé d'un couteau a agressé un militaire de l'opération Sentinelle à la station de métro Châtelet à Paris, sans faire de blessé.

Il s'agissait alors de la septième agression contre des militaires de cette force mise en place dans le cadre du plan Vigipirate après les attentats de janvier 2015.

Le 9 août, un homme de 36 ans, Hamou B., a renversé à bord de son véhicule six soldats de Sentinelle à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Blessé de cinq balles lors de son arrestation dans le Pas-de-Calais quelques heures plus tard, cet homme était jusqu'alors inconnu des services de renseignements.

D'autres attaques ont visé ces derniers mois des militaires, sans les tuer, au musée du Louvre et à l'aéroport d'Orly.

23/03 à 13:00
23/03 à 12:59

EDOUARD PHILIPPE : "TOUT LAISSE A PENSER QU'IL S'AGIRAIT D'UN ACTE TERRORISTE"

23/03 à 12:57

La prise d'otages est une stratégie utilisée par les jihadistes.

Le 9 janvier 2015, deux jours après la tuerie de Charlie Hebdo, Amédy Coulibaly avait retenu les clients et le personnel de l'Hyper Cacher de la Porte de Vincennes. 

La prise d'otages avait fait quatre morts. Amédy Coulibaly avait été abattu par les forces de l'ordre.

23/03 à 12:56

La France est particulièrement visée car elle fait partie de la coalition militaire internationale intervenant en Syrie et Irak contre l'EI, qui perd peu à peu tous ses bastions.

23/03 à 12:55
23/03 à 12:55

Ces attaques interviennent alors que la France vit sous une constante menace terroriste depuis la vague d'attentats jihadistes sans précédent, parfois de masse, qui ont fait 241 morts depuis 2015.

23/03 à 12:53

"Une grande partie des employés et des clients du Super U ont réussi à prendre la fuite. Un officier de gendarmerie en service est actuellement au contact du preneur d'otages", selon une source proche du dossier.

23/03 à 12:49

"La situation n'est pas stabilisée" sur la scène de la prise d'otages, déclare à l'AFP le général de gendarmerie Jean-Valéry Letterman, en se rendant sur place.

"On s'attend malheureusement à découvrir d'autres victimes", ajoute l'adjoint au commandant de la région Occitanie.

23/03 à 12:44
23/03 à 12:43
23/03 à 12:42
23/03 à 12:43

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme "a pénétré vers 11H15 dans ce supermarché Super U et des coups de feu ont été entendus", d'après une source proche du dossier. A ce stade, la gendarmerie a précisé qu'une à deux personnes avaient été touchées par balles et fait état d'une "présomption de décès". 

Peu avant, un CRS a été blessé par balle à Carcassonne, à une dizaine de kilomètres de Trèbes. 

L'enquête a été ouverte pour des chefs d'"assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste", "séquestrations" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Cette enquête a été confiée à la Sous-direction antiterroriste (Sdat), à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la Direction interrégionale de la police judiciaire de Montpellier, a-t-il ajouté.

23/03 à 12:41
23/03 à 12:41

Edouard Philippe pourrait être amené à quitter la réunion à laquelle il participait avec des responsables locaux.

23/03 à 12:40

Près de Carcassonne, "un homme serait retranché dans un supermarché, probablement avec des otages" et "une opération des forces de l'ordre est en cours", a déclaré le chef du gouvernement qui se trouve à Mulhouse pour un déplacement consacré à la politique de la ville.

23/03 à 12:38
23/03 à 12:36
23/03 à 12:33

Selon un témoin, l'auteur des coups de feu, qui serait armé de couteaux, d'une arme de poing et de grenades, a crié "Allah Akbar" en rentrant dans le supermarché de Trèbes.

La préfecture de l'Aude a annoncé sur Twitter que ce secteur "était interdit", demandant à la population de "faciliter l'accès aux forces de l'ordre".

Quelques minutes avant que ne survienne cette prise d'otages, un CRS rentrant d'un jogging avec plusieurs collègues a été blessé par balle à Carcassonne par un homme armé qui a pris la fuite, selon des sources proches du dossier. 

A ce stade, aucun lien n'est formellement établi entre ces deux actions.

23/03 à 12:31

L'antenne du GIGN de Toulouse est arrivée sur place, avec le soutien du Raid et de la BRI, et trois hélicoptères survolent la zone. 

23/03 à 12:29

Le Premier ministre Édouard Philippe juge la "situation sérieuse":

"Une situation est en train de se produire près de Carcassonne. Un homme est retranché dans un supermarché avec des otages. C'est une situation sérieuse", a déclaré le chef du gouvernement, en déplacement à Mulhouse.

23/03 à 12:28

"On a malheureusement une présomption de décès, mais on ne peut pas faire venir de médecin sur place pour le vérifier", déclare à l'AFP le général Jean-Valéry Letterman, qui commande l'ex-région de Languedoc-Roussillon.

23/03 à 12:27

Une à deux personnes ont été touchées par balles et seraient décédées vendredi matin, selon le commandant de gendarmerie.

23/03 à 12:24

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme "a pénétré vers 11H15" dans un "supermarché Super U et des coups de feu ont été entendus", d'après une source du dossier.

23/03 à 12:17

Une prise d'otages est en cours dans un supermarché de Trèbes, près de Carcassonne dans le sud de la France, par un individu se réclamant du groupe Etat islamique (EI). 

Un policier a par ailleurs été blessé par balle à Carcassonne. La section antiterroriste a été saisie.

DEBUT DU DIRECT

23/03 à 12:16

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
420 commentaires - Attaques dans l'Aude : 3 morts, l'assaillant abattu, Daech revendique
  • ce genre de personnages etrangers n'ont rien à faire en France, l'expulsion immédiate de notre pays est indispensable, sans aucune possibilité de retour, avec la même sanction pour toute sa famille

  • Dixit Colomb :" c'est un solitaire qui est passé à l'acte tout seul"! . On est rassuré.

  • Dixit Colomb :" c'est un solitaire qui est passé à l'acte tout seul"! . On est rassuré.

  • Ben ça alors ! à ne rien y comprendre , tu te lèves , tu vas faire tes courses , tu sais pas que c'est dangereux , bilan 4 morts pour la France .

    C'est pour ça que je ne vais jamais à Super U....

    Cette enseigne propose des produit locaux et régionaux à un prix raisonnable

    avatar
    LOSREMENSAS  (privé) -

    Ian ,t’as vu parlapiuno ,tu peut lui dire tu puisque tu la connaît très bien

    Chez Petrossian et chez Fauchon aussi.

    Ce choix dépend de la carte de crédit ?

    ça fait rire tout le monde....merci pour ceux qui sont en deuil...

    avatar
    LOSREMENSAS  (privé) -

    non ian ne réve pas ,toi c’est les restos du Coeur

    De rien Périer on sait que vous pleurez pour nous.

    Ouah! La réponse qui tue, tu sais que tu as du talent 32, le roi de la joute verbale...''tu peut lui dire tu puisque tu la connaît très bien''. En plus tu révolutionnes la langue française, tu resteras dans l'histoire (de toto).

    avatar
    LOSREMENSAS  (privé) -

    Ian , parle nous de ton parcours de travailleur , trop marrante celle-là comme blague

    Il en faut bien et moi c'est sincère...et puis c'est pas comme si ça c'était passé en France....

  • Mr Collomb ne me parait pas être a sa place,trop emotif,un peu hors du coup. un ministre de l'interieur c'est un guerrier! Interdire le Salafisme et ses derives,expulser ces radicalistes et leur famille nous sommes trop laxistes et risquons de le payer tres cher