Attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne : une personne en garde à vue

Attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne : une personne en garde à vue©Panoramic

, publié le dimanche 11 octobre 2020 à 19h20

Un homme aurait été interpelé dans le cadre de l'enquête sur l'attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne, a appris Le Parisien de source policière. Dans la nuit de samedi à dimanche, une quarantaine de personnes avaient ciblé le bâtiment.

Dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 octobre, une quarantaine de personnes ont ciblé le commissariat de Champigny-sur-Marne, dans le Val de Marne, qui a été victime de tirs de mortiers d'artifice.

Selon une source policière, rapportée par Le Parisien ce dimanche en début de soirée, un homme a été interpellé et placé en garde à vue. Le suspect aurait par ailleurs tenté de résister à l'opération de police, ce qui a provoqué un "gros attroupement" obligeant les agents à faire usage "d'une grenade" pour se dégager, d'après nos confrères.


Les deux policiers alors devant l'établissement ont eu le temps de se réfugier à l'intérieur : aucun blessé n'est à déplorer mais ce fait divers représente bien les tensions qui habitent cette ville. Depuis plusieurs jours, la sécurité ne serait pas toujours garantie dans les rues. Beaucoup d'incivilités inquiètent une population tendue. « C'est grave, on laisse faire. Il y a des gens qui se font attaquer ici mais personne ne fait rien », confie un habitant à France 2. Un autre avoue avoir actuellement « très, très peur. Nous n'avons jamais connu de choses pareilles ici à Champigny. »

Selon le maire DVD de la ville Laurent Jeanne, ces tensions durent depuis plusieurs jours. Elles auraient démarré suite à une course poursuite entre la police et un jeune poursuivi. A bord de son scooter, il aurait finalement eu un accident et se serait cassé la jambe.

Gérald Darmanin prend position

Face à l'ampleur de la situation, le ministre de l'Intérieur n'a pas tardé à réagir. Il a promis de se rendre sur place une fois que les enquêteurs auront levé le voile sur les circonstances et les auteurs de cet acte. « Les petits caïds n'impressionnent personne et ne décourageront pas notre travail de lutte contre les stupéfiants », a-t-il rajouté sur son compte Twitter.


Sur place, les policiers espèrent une réelle réaction du gouvernement. A leurs yeux, il devient de plus en plus difficile d'exercer leur métier. C'est la troisième fois que le commissariat de Champigny-sur-Marne est pris pour cible. « On est en train d'être la cible régulière de jeunes voyous et je pense qu'il faut des sanctions au niveau de la justice. Il faut que le gouvernement prenne tout ça en compte », dénonce au micro de France 2 Angelo Bruno, membre d'unité SGP Police.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.