Attaque de Rambouillet: un assaillant radicalisé avec des "troubles de personnalité"

Chargement en cours
Des journalistes parlent à une cousine (d) du Tunisien Jamel Gorchene devant la maison familiale de Msaken, dans le nord-est de la Tunisie, le 24 avril 2021
Des journalistes parlent à une cousine (d) du Tunisien Jamel Gorchene devant la maison familiale de Msaken, dans le nord-est de la Tunisie, le 24 avril 2021
1/3
© AFP, FETHI BELAID

publié le dimanche 25 avril 2021 à 20h40

L'attaque mortelle vendredi d'une agente dans le commissariat de police de Rambouillet, près de Paris, a été commise par un Tunisien de 36 ans dont la radicalisation "paraît peu contestable" et qui présentait "certains troubles de personnalité", a indiqué dimanche le procureur antiterroriste.

Plusieurs éléments accréditent la piste du passage à l'acte d'un homme radicalisé en quelques mois, depuis l'automne, a annoncé devant la presse le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard.

Une "rapide exploitation" du téléphone de l'agresseur, Jamel Gorchene, a révélé "qu'il avait, immédiatement avant de passer à l'acte, consulté des vidéos de chants religieux glorifiant le martyr et le jihad", a-t-il précisé. 

Le procureur a aussi évoqué ses publications sur Facebook qui ont révélé, à compter de l'automne dernier, "une adhésion à une idéologie légitimant la violence contre ceux ayant offensé le prophète". 

Ainsi, "le 24 octobre 2020, quelques jours après l'assassinat de Samuel Paty (par un islamiste dans les Yvelines, ndlr), l'auteur s'associait à une campagne de soutien au prophète face aux offenses qui lui seraient faites", a souligné M. Ricard.

"Un Coran" et "un tapis de prière" ont été saisis dans son scooter et son cabas. Et, peu avant le drame, une caméra de vidéosurveillance a filmé l'assaillant se dirigeant vers "une salle de prière provisoire", sans que les images ne permettent d'affirmer qu'il y est entré "directement". Il a été vu rejoindre le centre-ville un peu plus d'une heure après.

"Si la radicalisation de l'agresseur paraît peu contestable, la présence de certains troubles de personnalité a pu aussi être observée", a relevé M. Ricard. 

En garde à vue, le père de Jamel Gorchene a évoqué la "pratique rigoureuse de l'islam" de son fils et "des troubles du comportement" observés chez lui "en début d'année". 

Il avait bénéficié de deux consultations psychiatriques à l'hôpital de Rambouillet en février. Cependant "son état n'a nécessité ni hospitalisation ni traitement", a relevé M. Ricard. Revenu en Tunisie entre le 25 février et le 13 mars, il était apparu "dépressif", ont dit à l'AFP un cousin et une cousine à Msaken. 

La Tunisie, dont la France sollicite la collaboration dans cette enquête, a condamné "énergiquement" l'attaque, dans un communiqué de son ambassade. Elle dénonce un "acte barbare (intervenant) en plein mois de Ramadan, mois saint qui incarne plutôt les valeurs de la tolérance et de la fraternité entre les individus".

A 14H25, vendredi, Jamel Gorchene, "écouteurs sur les oreilles", a poignardé à l'abdomen et à la gorge Stéphanie M. - agente administrative de 49 ans sans arme ni uniforme - dans le sas du commissariat. Selon des témoins, l'assaillant a crié "Allah Akbar". 

En riposte, un brigadier de police a fait feu à deux reprises sur l'agresseur qui refusait "de lâcher le couteau" avec "une lame de 22 cm". Tombé au sol, il a lancé "son couteau en direction des policiers", selon le procureur.

- Trois gardes à vue -

Les gardes à vue du couple qui avait domicilié administrativement l'assassin ont été levées dimanche en fin de journée "sans poursuite à ce stade", a indiqué une source judiciaire.

Le père de Jamel Gorchene, placé en garde à vue après les faits, et deux cousins de l'auteur, interpellés samedi et dimanche, sont toujours entendus.  

L'assaillant, chauffeur-livreur, était inconnu des services de renseignement et de la justice. Mais son mode opératoire correspond aux appels récurrents du groupe Etat islamique à s'attaquer aux forces de l'ordre. 

Il "n'avait pas été porteur de menaces, on n'avait pas détecté de signes de radicalisation", a déclaré samedi le coordonnateur national du renseignement Laurent Nuñez, ajoutant: "cela devient très compliqué (...) de détecter ce genre de profil" commun aux "huit attaques" commises en France depuis la tuerie de la préfecture de police de Paris en octobre 2019. 

- "Hommage" -

Originaire de Msaken, sur la côte est de la Tunisie, Jamel Gorchene était arrivé clandestinement en France en 2009 et avait été régularisé dix ans plus tard. Il avait obtenu en décembre un titre de séjour valable un an. 

L'attaque de Rambouillet est "la 17e action terroriste islamiste commise en France depuis 2014 contre les forces de l'ordre", a rappelé M. Ricard. 

Neuf fonctionnaires de police ou militaires sont morts et près d'une vingtaine ont été blessés dans ces agressions, souvent commises avec un simple couteau.

Le Premier ministre Jean Castex avait réuni samedi à Matignon les ministres de l'Intérieur, de la Justice et des Armées et services concernés. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin doit présenter mercredi en Conseil des ministres un projet de loi, en préparation depuis plusieurs semaines, pour renforcer la lutte contre le terrorisme. 

Un hommage sera rendu à Stéphanie M. lundi à 17H30 devant l'hôtel de ville de Rambouillet. 

A la même heure, les syndicats Unité-SGP-Police et FSMI FO ont appelé les forces de l'ordre à "se rassembler symboliquement devant leur bâtiment".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.