Attaque de Lyon: le film des événements

Attaque de Lyon: le film des événements
Des enquêteurs sur les lieux de l'attaque au colis piégé qui a fait 13 blessés légers à Lyon, le 25 mai 2019

AFP, publié le samedi 25 mai 2019 à 18h18

Une explosion a secoué vendredi soir le coeur de Lyon, une attaque au colis piégé qui a fait 13 blessés légers dont l'auteur, aux motivations inconnues, était toujours recherché samedi par les autorités. Voici le film des événements.

- Le parcours du suspect -

Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, en charge de l'enquête, est revenu samedi sur les instants qui ont précédé l'explosion, retracés grâce aux caméras de vidéosurveillance.

A 17H20, le suspect emprunte le trottoir sur les quais de la Guillotière en direction de la place Bellecour.

A 17H22, il passe entre des barrières, place Antonin-Poncet.

A 17H25, il progresse, cette fois à pied, et arrive rue Victor-Hugo, poussant sa bicyclette à deux mains.

A 17H26, il arrive devant le magasin la Brioche Dorée et dépose son vélo contre l'un des blocs de béton disposés au milieu de la rue.

A 17h27, il repart sur son  vélo et se dirige vers la place Bellecour, abandonnant le sac en papier kraft qu'il avait déposé sur le bloc de béton.

Les vidéos montrent que le suspect emprunte le même itinéraire.

A 17h28 et 39 secondes, l'explosion survient, entraînant le bris de la vitrine réfrigérée de la boulangerie.

- Treize victimes, les Lyonnais choqués -

Après un premier bilan évoquant "au moins six blessés", ce sont finalement treize blessés légers qui sont dénombrés. Onze ont été admis dans trois hôpitaux. Certains ont dû être opérés afin d'extraire des éclats.

Dans la rue, les Lyonnais sont sous le choc. "Lyon, ça a toujours été calme", lançait Laurence Delobel, une restauratrice.

- Le début de l'enquête -

La section antiterroriste du parquet de Paris annonce en début de soirée se saisir de l'enquête. Peu après, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner annonce le renforcement de "la sécurité des sites accueillant du public et des événements sportifs, culturels et cultuels".

M. Castaner et le procureur de Paris se rendent brièvement sur les lieux dans la soirée, puis la police lance un appel à témoins, diffusant la photographie du suspect capté par une caméra de vidéosurveillance municipale. 

- Prudence du gouvernement - 

Après avoir d'abord qualifié l'explosion d'"attaque" lors d'une interview, Emmanuel Macron tweete dans la soirée: "Ce soir je pense aux blessés de l'explosion de Lyon, à leurs familles touchées par la violence".

A seulement quelques heures de la clôture de la campagne pour les élections européennes, le Premier ministre Edouard Philippe annule sa participation au dernier meeting de campagne de la liste de la majorité à Paris.

De son côté, la garde des Sceaux Nicole Belloubet souligne vendredi soir qu'il est "trop tôt" pour évoquer "un acte terroriste". 

- Le jour d'après -

Le maire de Lyon et ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, de retour samedi matin d'un voyage au Japon, fait part de sa "profonde émotion" et de sa "surprise". Mais "ça aurait pu être pire", dit-il aussi, soulagé.

De son côté, Rémy Heitz, annonce samedi midi que pour l'instant, "cet acte n'a donné lieu à aucune revendication". 

Le suspect est toujours activement recherché. "Tous les moyens" ont été déployés pour l'"interpeller rapidement" , précise le procureur de Paris ajoutant que "de nouvelles photographies de l'individu" vont "être très prochainement diffusées".

A l'Elysée, M. Macron reçoit le le ministre de l'Intérieur pour "un point général de situation" sur les questions de "sécurité intérieure".

Samedi après-midi, des sources proches du dossier indiquent qu'un ADN non encore identifié a été isolé sur le colis piégé, et que l'explosif utilisé pourrait être du TATP, un explosif artisanal très instable.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.