Attaque de la mosquée de Bayonne en 2019: l'enquête s'achemine vers un non-lieu

Attaque de la mosquée de Bayonne en 2019: l'enquête s'achemine vers un non-lieu
La mosquée de Bayonne le 29 octobre 2019, au lendemain d'une attaque par un octogénaire qui avait blessé deux fidèles

publié le jeudi 18 mars 2021 à 13h07

Un an et demi après l'attaque de la mosquée de Bayonne, sur fond de racisme anti-musulman, en octobre 2019, l'enquête s'oriente vers un non-lieu en raison de la mort de l'unique suspect octogénaire, a indiqué jeudi le parquet de Bayonne. 

Le procureur de la République de Bayonne, Jérôme Bourrier, a pris des réquisitions définitives de non-lieu, a annoncé le parquet, confirmant une information de France bleu Pays basque. 

La décision était attendue depuis le décès, en février 2020, de Claude Sinké, l'assaillant présumé de 84 ans qui avait ouvert le feu et blessé deux fidèles avant de tenter d'incendier la mosquée, le 28 octobre 2019. Sa mort avait mis un terme à la perspective d'un procès, et ce, d'autant que l'enquête n'a pas montré qu'il avait bénéficié de complicités.

La décision finale d'un non-lieu revient désormais au juge d'instruction.

Les victimes et leurs familles, comme l'ensemble de la communauté musulmane de Bayonne, avaient dès les premiers instants réclamé que l'attaque soit qualifiée d'acte terroriste. Leurs avocats avaient plaidé pour que le parquet national antiterroriste (Pnat) se saisisse du dossier, en vain. 

"C'est une double peine pour les victimes. La première c'est que le Pnat aurait dû se saisir et la seconde c'est que finalement, il n'y aura pas de justice", a réagi Me Mehana Mouhou, l'avocat d'une victime, Amar Kariouh

L'avocat déplore que les investigations se soient "toujours limitées" à Claude Sinké, présenté en "loup solitaire". Il voit dans la décision du parquet national antiterroriste un "refus d'enquêter sur les milieux extrémistes". 

A l'époque de sa mise en examen pour "tentatives d'assassinat", des experts avaient estimé que l'homme souffrait d'une "altération partielle de son discernement", ne remettant pas en cause sa responsabilité pénale.

Ses deux victimes, deux fidèles Marocains de 74 et 78 ans, avaient été grièvement blessés par balles et hospitalisés. Rapidement interpellé chez lui, dans les Landes, Claude Sinké avait brandi une arme en direction des policiers. 

Aux enquêteurs, cet ancien candidat du Front national pour les élections départementales en 2015, écarté du parti par la suite, avait indiqué avoir voulu "venger l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris", qu'il attribuait "aux musulmans".

Il est décédé quatre mois après son incarcération provisoire, suite à une dégradation subite de son état de santé. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.