Attaque au hachoir à Paris : le père supposé de l'assaillant se dit "très fier" de son fils

Attaque au hachoir à Paris : le père supposé de l'assaillant se dit "très fier" de son fils
L'assaillant (à terre sur la photo) serait âgé de 25 ans, et non 18

, publié le mardi 29 septembre 2020 à 12h02

Des informations supplémentaires ont été recueillies au sujet de l'auteur de l'attaque, qui serait bien plus âgé que ce qu'il prétend être.

Trois jours après l'attaque à l'arme blanche qui a fait deux blessés dans le XIe arrondissement de Paris, le profil de l'assaillant commence à s'affiner, tandis qu'au Pakistan, sa famille présumée se félicite de l'acte commis en "vengeance" à la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo.


Initialement présenté comme "Hassan A.", l'assaillant s'appellerait en réalité "Zaheer Hassan Mahmoud" et serait âgé de 25 ans, ont indiqué à l'AFP des sources proches du dossier, confirmant une information du Monde. Il n'était pas connu non plus des services spécialisés, n'étant ni fiché, ni inscrit au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) sous ce nom. C'est en analysant son téléphone portable que les policiers de la brigade criminelle et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), chargés de l'enquête sous l'autorité du parquet national antiterroriste (Pnat), ont mis la main sur une photo d'une pièce d'identité permettant de révéler cette nouvelle identité.

Le parquet antiterroriste a été saisi

Quant à son acte, il est accueilli avec mansuétude au Pakistan, où le blasphème demeure une question brûlante. Il est passible de la peine de mort, même si aucun condamné n'a jusqu'à présent été légalement exécuté. Contacté par téléphone par l'AFP, Arshad Mahmoud, qui se présente comme son père, s'est dit "très heureux" et "très fier" des actes de son fils, qui a "protégé l'honneur du Prophète". "Le village tout entier est venu me féliciter", a-t-il assuré.


Lors d'une conférence de presse, le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a annoncé que l'assaillant présumé devait être poursuivi pour "tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste à caractère criminel".  Le Parquet national antiterroriste, qui a ouvert cette information judiciaire au terme de ses quatre jours de garde à vue, a requis son placement en détention provisoire.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.