Attaque au couteau de Nice : les images de l'assaut

Attaque au couteau de Nice : les images de l'assaut
Nice, le 29 octobre 2020.

, publié le jeudi 29 octobre 2020 à 15h40

Les forces de l'ordre sont intervenues une dizaine de minutes après l'attaque au couteau qui a fait trois morts dans la basilique Notre-Dame de Nice. Blessé, l'assaillant a été hospitalisé.

La basilique Notre-Dame de l'Assomption de Nice, située en plein coeur de la ville, a été le théâtre jeudi 29 octobre, d'"un attentat terroriste", selon les mots du maire de la ville Christian Estrosi. Trois personnes qui se trouvaient dans l'église, ont été tuées, dont son sacristain et deux fidèles venues prier par un homme armé d'un couteau.

L'une a été égorgée et une autre s'est enfuie avant de succomber à ses blessures dans un bar en face de la basilique.




Les faits se sont déroulés vers 09H00 sur une des artères les plus fréquentées de Nice où la police municipale a pu intervenir rapidement pour neutraliser l'agresseur, âgé de 25 ans et qui a affirmé s'appeler Brahim. Blessé lors de son interpellation, il a été hospitalisé. 

BFMTV a diffusé jeudi après-midi les images de cet assaut,qui est intervenu une dizaine de minutes après l'attaque. Une réactivité qui ne doit rien au hasard. Selon Christian Estrosi, l'alerte a été donnée par un habitant qui a activé une borne de sécurité, proche de l'église, reliée à la police municipale. A Nice, les policiers municipaux ne sont en effet pas cantonnés aux contraventions et assurent "l'interpellation et la répression de la délinquance". "La police municipale niçoise était la première présente, très rapidement après les services publics, la BAC, et les services d'élite, la BRI, sont arrivés", a précisé sur RTL, David-Olivier Reverdy, secrétaire national adjoint du syndicat de police Alliance. 

Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête pour "assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.