Attaque au couteau à Nice : tout doit être fait "pour anéantir l'islamo-fascisme", martèle Christian Estrosi

Attaque au couteau à Nice :  tout doit être fait "pour anéantir l'islamo-fascisme", martèle Christian Estrosi
Christian Estrosi le 3 octobre 2020 à Nice.

, publié le jeudi 29 octobre 2020 à 11h10

Après à l'attaque au couteau qui a fait trois morts dans la basilique Notre-Dame, le maire de Nice réclame que toutes les églises soient mises sous surveillance ou fermées, ainsi que tous les autres lieux de culte de la ville.




Une attaque au couteau a été perpétrée jeudi 29 octobre vers 9 heures à Nice, à proximité de la basilique Notre-Dame. Un homme s'est attaqué à plusieurs personnes à l'arme blanche, faisant au moins 3 morts, dont une victime au moins égorgée, et plusieurs blessés. L'assaillant a rapidement été interpellé et est actuellement hospitalisé.

Le maire de Nice Christian Estrosi, qui s'est rendu sur place, a tout de suite évoqué un "attentat terroriste". 




"L'auteur des actes n'a cessé de répéter en boucle devant nous 'Allah Akhbar' alors qu'il était médicalisé", a relaté l'élu les Républicains devant les médias. "Nice, comme la France, et peut-être plus que d'autres lieux, est en train de payer un tribut beaucoup trop lourd en étant une fois de plus victime de l'islamo-fascisme", a-t-il commenté. 

"Trop c'est trop, il est temps maintenant que la France s'exonère des lois de la paix pour anéantir définitivement l'islamo-fascisme de notre territoire", a-t-il martelé, demandant que "toutes les églises soient mises sous surveillance ou fermées, ainsi que tous les autres lieux de culte de la ville". 

Nice a déjà été endeuillée par un attentat le 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais qui avait fait 86 morts. Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un Tunisien de 31 ans, avait fauché au volant d'un camion de location enfants, familles nombreuses et touristes étrangers, en 4 minutes, avant d'être abattu par les forces de l'ordre.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.