Attaque au couteau à Nice : comment la police a pu intervenir aussi rapidement

Attaque au couteau à Nice : comment la police a pu intervenir aussi rapidement
Nice, le 29 octobre 2020.

, publié le jeudi 29 octobre 2020 à 14h46

Alertées par un Niçois qui a activé la borne de sécurité, les forces de l'ordre niçoises ont neutralisé l'assaillant de la basilique Notre-Dame 10 minutes après le début de l'attaque. Une réactivité qui a peut-être sauvé plusieurs vies.




La basilique Notre-Dame de Nice a été jeudi 29 octobre le théâtre d'un "attentat terroriste", selon les mots du maire de Nice Christian Estrosi.

Vers 09h00, un homme a attaqué à l'arme blanche des paroissiens qui se trouvaient à l'intérieur de l'église et a tué trois personnes. L'assaillant a été interpellé une dizaine de minutes plus tard par les forces de l'ordre. Grièvement blessé, il a été transporté à l'hôpital.

Une réactivité qui ne doit rien au hasard. Selon Christian Estrosi, l'alerte a été donnée par un "courageux Niçois" qui a activé une borne de sécurité, proche de l'église, reliée à la police municipale, "de telle sorte que peut-être d'autres vies ont été épargnées". A Nice, les policiers municipaux ne sont en effet pas cantonnés aux contraventions et assurent "l'interpellation et la répression de la délinquance".

Une police municipales armée, "un choix malheureusement efficace"

"La police municipale niçoise était la première présente, très rapidement après les services publics, la BAC, et les services d'élite, la BRI, sont arrivés", a précisé au micro de RTL David-Olivier Reverdy, secrétaire national adjoint du syndicat de police Alliance. "Tout ce personnel est arrivé car l'église se trouve en plein centre-ville, sur l'artère principale (...) une artère très surveillée", a-t-il expliqué. Par ailleurs, "la police municipale de Nice est armée, (...) un choix qui s'avère efficace malheureusement", a-t-il ajouté. 

Après l'attaque, le parquet antiterroriste a ouvert une enquête pour "assassinat et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.