Assurance maladie : une pharmacienne soupçonnée d'avoir escroqué 2,2 millions d'euros

Assurance maladie : une pharmacienne soupçonnée d'avoir escroqué 2,2 millions d'euros
Une carte vitale (illustration)

Orange avec AFP, publié le vendredi 23 septembre 2016 à 13h05

Une pharmacienne lyonnaise de 46 ans est soupçonnée d'avoir escroqué l'assurance maladie pour plus de 2,2 millions d'euros. L'arnaque a été "flairée" par la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) du Rhône grâce à un élément troublant : le chiffre d'affaires de son établissement, rachetée en 2012 dans la ville industrielle de Saint-Fons, au sud de Lyon, bondissait de 50% par an.

Pour garnir ses caisses, la pharmacienne rajoutait des prescriptions sur les ordonnances transmises par courrier et inventait des demandes de remboursement, en privilégiant des traitements onéreux.

À titre d'exemple, le nombre de séropositifs dans son officine était nettement supérieur aux autres établissements, avec comme conséquence la vente de nombreuses boîtes de médicaments à 1.000 euros. Selon Le Progrès, qui a révélé l'information, les faits se seraient produits sur une période de deux ans, entre octobre 2013 et octobre 2015.


Cette mère de deux enfants bénéficiait de nombreuses aides et notamment de la Couverture maladie universelle (CMU) car elle ne déclarait que 800 euros de revenus par mois. Malgré ce train de vie en apparence modeste, les policiers ont pu saisir 1,3 million d'euros sur ses comptes.

Interpellée mercredi 21 septembre, l'accusée nie les faits et devait être présentée au parquet dans la journée. Son ancien compagnon et père de ses enfants, avait lui été interpellé jeudi, les enquêteurs le soupçonnant "d'avoir bénéficié de fausses facturations pour des médicaments qui ne lui étaient pas destinés". Il a été laissé libre. L'enquête a été confiée à la sûreté départementale. En août dernier, un homme avait été condamné à 4 ans de prison dans une affaire similaire. Il était présenté comme l'un des piliers d'une vaste escroquerie à la sécurité sociale dans les Alpes-Maritimes.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU