Après les cheminots et les fonctionnaires, le personnel d'Air France en grève

Après les cheminots et les fonctionnaires, le personnel d'Air France en grève

Des appareils Airbus A380 d'Air France stationnés sur le tarmac de l'aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle, le 2 décembre 2016

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 23 mars 2018 à 14h53

Après les cheminots et les fonctionnaires, c'est au tour du personnel d'Air France de manifester son mécontentement vendredi avec une grève pour les salaires à l'appel de 11 syndicats, tous métiers confondus, qui conduit à l'annulation d'un quart des vols.

Trois quarts des vols (75%) sont maintenus dans l'ensemble, soit la même proportion que le 22 février, date de la première grève qui avait coûté 26 millions d'euros, selon les calculs de la compagnie.

Vendredi, le trafic était conforme aux prévisions, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la direction: 70% de vols long-courriers, autant de moyen-courriers depuis et vers Roissy Charles-de-Gaulle, 80% des court-courriers entre Orly et la province.

Cette fois-ci, les syndicats appelant à la grève n'ont organisé aucun rassemblement.

Le taux de grévistes consolidé n'est pas encore connu. Il était de 22,4% le 22 février.

Les estimations de la direction, décrites dans une communication interne à partir des déclarations préalables auxquelles sont astreints certains personnels (loi Diard), font état de 35,5% pour les pilotes, 31,5% pour les personnels au sol, comme pour les hôtesses et stewards (PNC).

L'intersyndicale composée d'organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), de PNC (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et d'agents au sol (CGT, FO et SUD) exige une hausse de 6% des grilles salariales pour rattraper, selon elle, la perte de pouvoir d'achat subie depuis la dernière augmentation générale en 2011.

L'Unac, sans être associée à l'intersyndicale, partage cette revendication.

- Accord "gagnant-gagnant"?  -

Pour 2018, la direction a décidé d'appliquer unilatéralement une augmentation générale de 1%, en deux temps, couplée à une enveloppe d'augmentations individuelles (primes, promotions, ancienneté...) de 1,4% pour les seuls personnels au sol.

Les syndicats jugent ces mesures insuffisantes au regard des résultats de l'entreprise et des efforts fournis dans le passé.

"Air France a eu de meilleurs résultats en 2017 que par le passé" mais avec une rentabilité "moins bonne que ses concurrents", a déclaré vendredi sur LCI la ministre des Transports, Élisabeth Borne, avant d'appeler les syndicats à "la responsabilité".

Pour tenter d'éviter une troisième journée de grève, prévue le 30 mars, la direction a invité les syndicats représentatifs de pilotes à une négociation, mardi après-midi à Roissy.

Il s'agit de trouver "les moyens de favoriser la croissance d'Air France, en vue d'un accord +gagnant-gagnant+, favorable aux pilotes comme à l'ensemble des salariés", a détaillé la direction dans un mail transmis jeudi à son personnel.

Contactés par l'AFP, les syndicats ont assuré qu'ils s'y rendraient, sans enthousiasme.

"Le thème imposé par la direction est pour l'instant: +Les négociations sont possibles du moment qu'elles ne coûtent rien!+. Peu de chance d'aboutir avec un tel programme", a affirmé le président du SNPL Air France (65% des voix), Philippe Evain.

Un accord "gagnant-gagnant", "ça veut dire +faites des efforts pour financer vos augmentations+", ce que refuse le Spaf (21%), a réagi son président, Grégoire Aplincourt.

Le responsable syndical a par ailleurs contesté les chiffres d'Air France, assurant que les annulations touchaient "un vol sur deux" vendredi, un signe que "la mobilisation n'a pas faibli".

Les précédentes tentatives de la direction pour déminer le conflit n'ont pas porté leurs fruits.

Celle-ci rappelle avoir notamment proposé une négociation "sur un dispositif d'augmentation individuelle, pour les salariés dont le salaire aurait évolué moins vite que l'inflation sur la période 2011-2017", pour gommer toute perte éventuelle de pouvoir d'achat.

La direction s'était également montrée disposée à ouvrir une négociation avec les seuls syndicats de pilotes, ce que l'intersyndicale a perçu comme une tentative de division.

"Vous n'annoncez à aucun moment l'ouverture de négociations intéressant toutes les catégories de personnels" et, ce faisant, "vous faites le choix de l'affrontement et de la grève !", avait répliqué l'intersyndicale jeudi.

La négociation prévue mardi est une ouverture. La veille, l'intersyndicale se réunira une nouvelle fois.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
22 commentaires - Après les cheminots et les fonctionnaires, le personnel d'Air France en grève
  • La bravoure d' Arnaud Belletrame va en faire réfléchir certains.

    ce Héros au service du public, pas de manif, pas de grève, pas de 32h

    un homme qui au lieu de prendre les usagers en otage, se propose d'en remplacer un au péril de sa vie.

  • La bravoure d' Arnaud Belletrame va en faire réfléchir certains.

    ce Héros au service du public, pas de manif, pas de grève, pas de 32h

    un homme qui au lieu de prendre les usagers en otage, se propose d'en remplacer un au péril de sa vie.

  • Les vrais privilégiés ne risquent pas de s'indigner. Eux, on les enrichit encore un peu plus ... Par exemple pour un coût de 9 milliards, environ 20 millions de foyers fiscaux en France vont devoir compenser le cadeau fiscal dont vont bénéficier 343 000 foyers assujettis à l'ISF, soit en moyenne 450 Euros annuels par foyer. Merci pour cette grande mesure de justice fiscale ...

  • Je peux comprendre certaines revendications des fonctionnaires (par exemple le manque de personnel dans les hopitaux), mais là Air France, ca dépasse les bornes. 6% d'augmentations , c'est du n'importe quoi.
    Le personnel d'Air France est plutôt mieux payé que ses concurrents européens. Ils ont gardés leurs habitudes quand Air France était une société contrôlée par l'état. Enfin ils ont le pouvoir de bloquer.

  • Ils ne parviennent pas à ... avoir honte, ceux-là aussi ?