"Appel à témoins" : l'émission qui va tenter de résoudre des affaires non élucidées

"Appel à témoins" : l'émission qui va tenter de résoudre des affaires non élucidées©Panoramic

publié le lundi 07 juin 2021 à 18h36

Avec "Appel à témoins", M6 espère résoudre de vieilles enquêtes. Invité d'Europe 1, Jean-Marie Goix, producteur de l'émission, dévoile le concept de ce "cold case" français.  

Près de deux mille disparitions inexpliquées.

Plus de 300 affaires criminelles non résolues. Le constat est saisissant, suffisant en tout cas pour que M6 s'intéresse de plus près aux dossiers de la Gendarmerie Nationale. Comme l'explique Europe 1, avec "Appel à témoins" l'objectif de la chaîne est de résoudre des "cold case", ou dossiers classés sans suite. Le tout en travaillant en étroite collaboration avec le ministère de l'Intérieur, le ministère de la Justice et les téléspectateurs eux-mêmes. 

Objectif : raviver les mémoires  

Chaque affaire sera reprise là où elle s'est arrêtée. Mais aucune reconstitution des faits n'aura lieu par respect pour les familles présentes sur le plateau et devant leur télévision. "On n'est pas là pour faire du sensationnel, mais simplement pour réactiver des mémoires" rappelle le général Fabrice Bouillie, qui collabore avec M6 sur le projet, avant d'ajouter : "le fait d'évoquer les dossiers sans avoir à être 'influencé' par la reconstitution d'une scène de crime, par exemple, va permettre aux mémoires, justement, d'être les plus objectives possible". Les faits seront résumés et une enquête de terrain réalisée par les journalistes de M6. "On n'a pas fait les reportages avec la police et la gendarmerie. On a fait notre travail nous-mêmes, on est allés voir les familles", précise Jean-Marie Goix à Europe 1. L'objectif, aider au mieux les téléspectateurs à comprendre les enquêtes, car ce sont eux qui auront le rôle clé dans cette soirée. 

Gendarmes et policier mobilisés pour répondre aux téléspectateurs 

Au fur et à mesure de la soirée, les téléspectateurs pourront participer au programme afin d'apporter de nouveaux éléments à l'enquête. La "call room", permettra de recueillir les témoignages potentiels. Un centre d'appel sur le plateau "tenu -et c'est important parce que c'est le respect du secret de l'instruction- , par des policiers et des gendarmes. Pas par des standardistes de M6 ou des journalistes", insiste Jean-Marie Goix. "Il y aura une zone avec des experts qui vont vous raconter tout ce qu'ils ont fait depuis tant d'années sur les trois cas que nous allons aborder ce (lundi) soir et ils vont lancer eux-mêmes les appels à témoins et vont s'adresser à la caméra. Enfin, il y a la zone des familles qui sont là parce que pour eux et pour elles, c'est un peu l'opération de la dernière chance ce soir." Chaque témoignage jugé important pour la suite de l'enquête sera "transféré à un chef d'enquête qui est en coulisses, qu'on ne verra pas et qui va interroger plus longuement le téléspectateur". 


Trois affaires dès lundi   

Autour de Nathalie Renoux et Julien Courbet en plateau Emmanuelle Masson, la porte-parole du ministère de la Justice, Eric Maurel, procureur de la République de Nîmes, Frédéric Chevalier, procureur de la République de Blois, Lola Menahem, commissaire de police judiciaire, Eric Berot, chef de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). Tous tenteront pour la première de l'émission d'élucider trois affaires en direct : la disparition de Lucas Tronche en 2015, l'affaire Gaëlle Fosset en avril 2007 à Saint-Germain-la-Campagne dans l'Eure, et la disparition de Suzanne Bourlier en juillet 2015 à Lamotte-Beuvron dans le Loir-et-Cher. "La police et la gendarmerie sont venues avec entre cinq et dix histoires. Nous les avons enquêtées parce que nous, notre principal problème était que les familles acceptent de participer de manière totale, volontaire, sans qu'on les force. Et on est tombé sur ces trois histoires."  

La disparition mystérieuse de Lucas Tronche 

L'affaire Lucas Tronche, disparu à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard le 18 mars 2015 sera au cœur de la soirée. Un fait divers qui avait bouleversé la France et qui reste à ce jour sans réponse. "Cette émission est une opportunité. Aujourd'hui encore, des gens me disent qu'ils n'étaient pas au courant de la disparition de Lucas, même pas loin de chez nous, dans la région. Avec M6, il y a une chance de toucher des personnes qui connaîtraient un élément qui nous a échappé, qui l'ont vu quitter la maison, ou croisé. Ce prime time permettra de reparler de lui ", explique au Parisien sa mère, qui n'a plus revu Lucas depuis qu'il a quitté, avec son grand frère, leur domicile de Bagnols-sur-Cèze (dans le Gard) cette fin d'après-midi de 2015. "Vas-y, je ferme la maison" seront les derniers mots que son frère entendra. Partie devant il n'a plus revu Luca depuis. L'adolescent de 15 ans aura laissé dans sa chambre son maillot et sa serviette de piscine, sa carte de bus et ses 120 euros d'économies. Six ans après l'enquête est au point mort. "C'est tout l'intérêt de cette émission : qu'on réinterroge les mémoires, susciter de nouvelles auditions, de nouveaux témoignages, qui vont permettre peut-être à certaines hypothèses de travail de resurgir et de retrouver une vitalité", affirme Fabrice Bouillie, qui sera lui-même en plateau. "Toutes nos équipes d'enquête sont mobilisées et vont écouter avec une très grande attention l'émission."  Les téléspectateurs pourront appeler le numéro vert : 0 800 10 11 21. Le standard sera sécurisé. Une adresse email est également disponible : appelatemoinsM6@interieur.gouv.fr. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.