Apologie du terrorisme sur Internet : "une quinzaine d'enquêtes" ouvertes par le parquet de Paris depuis l'assassinat de Samuel Paty

Apologie du terrorisme sur Internet : "une quinzaine d'enquêtes" ouvertes par le parquet de Paris depuis l'assassinat de Samuel Paty
Un policier devant la plateforme Pharos qui permet de signaler des comportements illégaux sur internet (illustration)

, publié le mercredi 21 octobre 2020 à 19h10

Selon le procureur de Paris, ce nombre pourrait encore augmenter.

Appels à la haine, menaces de mort ou encore messages de soutien au terroriste de Conflans-Sainte-Honorine... Depuis l'assassinat du professeur Samuel Paty, le 16 octobre dernier, le parquet de Paris a ouvert "une quinzaine d'enquêtes" pour "des faits d'apologie de terrorisme" sur Internet, "menaces de mort", "injures publiques en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion" et "provocation non suivie d'effet au crime ou délit", a indiqué le parquet mercredi 21 octobre, confirmant une information de RTL.



Selon le procureur de Paris Rémy Heitz ce nombre pourrait encore augmenter. "Les investigations ont pour la plupart de ces enquêtes été confiées à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP)", a précisé le parquet.

Le Premier ministre Jean Castex a affirmé mardi vouloir "reprendre le sujet" de la haine en ligne en créant un "délit de mise en danger par la publication de données personnelles" sur internet, après la décapitation de ce professeur en région parisienne. "Nous ne pouvons plus nous résoudre à assister passivement au déchaînement de la haine sur les réseaux sociaux", a-t-il affirmé.

La majorité avait tenté de s'attaquer à cette question à travers une proposition de loi de la députée LREM Laetitia Avia, en grande partie retoquée par le Conseil constitutionnel. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.