Antilles-Guyane : les élèves font leur rentrée avec 15 jours de retard

Antilles-Guyane : les élèves font leur rentrée avec 15 jours de retard
Les élèves des Antilles-Guyane font leur rentrée ce lundi

publié le mardi 14 septembre 2021 à 19h30

L'heure de la rentrée des classes a sonné aux Antilles-Guyane avec quelques jours de retard.

Avec deux semaines de retard sur l'Hexagone, les écoliers de Guadeloupe, de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy, de Martinique et d'une partie de la Guyane ont repris le chemin de l'école ce lundi. La cause de ce retard ? La situation sanitaire, qui s'est fortement dégradée ces dernières semaines après l'apparition du variant Delta dans ces départements et territoires d'outre-mer. 


En Guadeloupe, l'Académie indique que pour cette première semaine de classe, les élèves de maternelle et de primaire seront accueillis individuellement sur rendez-vous par leur enseignant.

Dès la semaine prochaine, ils se rendront en classe par groupe de cinq maximum.

Les élèves des collègues et des lycée, quant à eux, suivront un enseignement à distance jusqu'au 24 septembre. Une demi-journée par semaine, par roulement et par petits groupes, ces élèves seront réunis dans leurs classes pour un temps d'échange en présentiel, indique l'Académie de Guadeloupe. 


Dans les zones rouges de Guyane et à Saint-Martin, le protocole de niveau 4 s'applique. Les élèves peuvent être accueillis en présentiel en demi-jauge à partir de la classe de 4eme. A Saint-Barthélemy, c'est le protocole sanitaire de niveau qui s'applique, comme dans l'Hexagone.

En Martinique, le rectorat a mis en place un protocole spécial, le retour en classe se faisant sur la base d'un "système d'hybridation renforcée" : les élèves en primaire et maternelle sont accueillis par groupes de 5 maximun, en demi-journée. Le reste du temps, l'enseignement sera effectué à distance, au moins jusqu'au 24 septembre.Cette rentrée a été bouleversée par le débrayage des agents municipaux de plusieurs communes martiniquaises en raison des risques de contamination.
"Les conditions ne sont pas réunies pour une rentrée optimale. Il y a trop de risques de contamination dans les écoles pour le personnel encadrant, le personnel enseignant et les élèves", a indiqué à l'AFP Daniel Gromat, secrétaire général de la CGTM SOEM Fort-de-France, justifiant ainsi le droit de retrait exercé.
 Le syndicat CGTM SOEM réclame un nouveau "report de la rentrée en octobre". Selon Daniel Gromat, "cela nous permettra de voir si la décrue continue, si le nombre de malades continuent de diminuer. Sinon ce sera l'hécatombe dans les écoles avec des nombreux clusters."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.