Annulation du festival de Berck-sur-Mer : la colère de Michael Jones

Annulation du festival de Berck-sur-Mer : la colère de Michael Jones
Michael Jones et Jean-Jacques Goldman lors d'un concert donné le 4 novembre 1985 à Bercy pour le premier anniversaire de Canal+ (archive).

, publié le mercredi 03 août 2016 à 12h00

- Le complice de Jean-Jacques Goldman devait être la tête d'affiche des "Plages musicales" de Berck-sur-Mer. Mais à peine 48 heures avant, l'événement a été annulé, faute d'un niveau de sécurité suffisant.

Le chanteur voit rouge. -

La menace terroriste aura également eu raison des "Plages musicales" de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), après l'annulation des événements estivaux de La Baule, Marseille ou encore Collioure.


Le festival devait avoir lieu du 4 au 7 août, mais les autorités ont préféré l'annuler, 48 heures avant. Selon le maire Bruno Cousein, interrogé par France Bleu Nord, "il s'agissait d'avoir un secteur fermé un peu comme une fan zone, d'avoir un accès avec fouille et palpation". Pour l'édile, impossible de mettre le dispositif en place en si peu de temps.


"IL FAUT LEUR MONTRER QU'ON N'A PAS PEUR"

L'annulation a fait réagir la tête d'affiche du festival, Michael Jones. Contacté par la radio, le chanteur ne mâche pas ses mots. Pour lui, le sous-préfet a fait preuve d'irresponsabilité : "On voit qu'il y a un sous-préfet qui s'y prend trop tard pour organiser la sécurité des gens et donc il tire la couverture vers lui pour dire que ce n'est pas de sa faute". Et de dénoncer la peur du fonctionnaire : "Il faut faire face, il faut leur montrer qu'on n'a pas peur, et là on a un petit sous-préfet qui a peur", lâche-t-il, avant d'ajouter : "Il ne devrait pas être sous-préfet, j'espère qu'on va le remplacer".

Michael Jones est furieux, d'autant plus que l'annulation survient seulement deux jours avant le début des festivités. "Il y a des gens qui ont travaillé toute l'année pour faire ce spectacle. Il y a des gens qui sont venus des États-Unis, et on leur dit : 'ce n'est pas grave, rentrez chez vous'. C'est n'importe quoi. On n'a donné le pouvoir visiblement à un incompétent", conclut-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.