Annulation des épreuves du bac : "il y aura des poursuites", prévient Jean-Michel Blanquer

Annulation des épreuves du bac : "il y aura des poursuites", prévient Jean-Michel Blanquer
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer.

, publié le dimanche 19 janvier 2020 à 15h32

Le ministre de l'Education nationale vise "ceux" qui ont empêché le déroulement des épreuves de contrôle continu.


Les premières épreuves du bac au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand avaient été perturbées, puis annulées, samedi, à la suite de l'intrusion de manifestants dans l'établissement. Ce jour-là, plusieurs syndicats, FO, CGT, SUD, avaient appelé les professeurs à se mettre en grève et à déserter les surveillances du bac, rappelle France info.




"Samedi matin, les élèves sont arrivés pour composer.

Il y avait leurs professeurs, il y avait tout ce qu'il fallait. Des éléments extérieurs sont venus, ont pratiqué de la violence puisque c'est de l'intrusion. C'est donc très grave et il y aura donc des poursuites pour ceux qui ont fait cela. Ils ont empêché les élèves de composer", a déclaré Jean-Michel Blanquer sur l'antenne de France Inter, ce dimanche 19 janvier. Contre eux, "il y aura des poursuites" assure le ministre. 

Et de préciser dans la foulée que ce lycée a été le seul visé par ce type de perturbations, puis de dénoncer "un scandale". Selon le ministre, ""dans cette intrusion, il n'y avait pas que des gens de l'Éducation nationale. Il y avait des 'gilets jaunes', il y avait toutes sortes de  personnes, puis l'extrême gauche qui aujourd'hui veut à tout prix créer de l'affrontement." 

Face à ces perturbations, Jean-Michel Blanquer assure toutefois garder "le calme des vieilles troupes" et explique sa volonté de ne pas céder "à ce genre d'intimidation."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.