Annonces de Macron : "Je ne vois pas le cap", regrette Wauquiez

Annonces de Macron : "Je ne vois pas le cap", regrette Wauquiez
Le chef de fil du parti Les Républicains (LR) Laurent Wauquiez, le 6 décembre 2018 à Paris.
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le vendredi 26 avril 2019 à 13h45

RÉACTIONS. Le président du parti Les Républicains (LR) "ne voi(t) pas où le président veut emmener les Français", a-t-il regretté vendredi sur Europe 1, au lendemain de la conférence de presse du chef de l'État.

"Pour un pays, un président qui n'a pas de boussole, c'est le risque de finir avec un quinquennat pour rien", s'inquiète Laurent Wauquiez. "Je ne vois pas le cap, je ne vois pas où le président veut emmener les Français, a-t-il souligné, vendredi 26 avril sur Europe 1, je ne vois pas le projet". "Aucun chantier n'a été sérieusement ouvert et traité sur les deux ans qui viennent de s'écouler, juge-t-il. Hier, on a eu des corrections à la marge d'erreurs lourdes mais pas de cap. Et le cap, c'est le plus important", selon lui. 

"Ce qui me gêne c'est que je n'ai pas senti cette constance, un président ça ne peut pas être une girouette", souligne-t-il. "Il nous dit qu'il a changé, relève M. Wauquiez, à propos du mea culpa d'Emmanuel Macron sur sa politique "perçue comme lointaine, trop froide, venant de Paris". "Ma crainte, c'est qu'il change tout le temps", tacle le leader de la droite. 

Il dénonce des marches arrières sur le pouvoir d'achat des retraités ou la gestion de l'immigration. "Les retraités et les automobilistes, ce sont sans doute les deux catégories qui restent largement en marge des mesures qui ont été annoncées", estime M. Wauquiez, qui déclare : "Mon obsession, c'est les classes moyennes". 

Jeudi, M. Macron a présenté ses mesures pour sortir de la crise des "gilets jaunes" : réindexation des retraites sur l'inflation, baisse de l'impôt sur le revenu, allongement de la durée de cotisation sans changer l'âge légal de départ à la retraite, réductions de la dépense publique... Des annonces qui ne convainquent pas l'opposant. 

Selon lui, "le président de la République annonce des cadeaux parce qu'on est avant les élections, mais il n'y a pas les mesures de financement qui sont en face". Sur la baisse de la dépense publique, M. Macron "n'a rien annoncé de sérieux et de solide (...) Il a même renoncé à la seule mesure qui était à peu près concrète dans ses engagements, qui était la baisse du nombre de fonctionnaires", regrette M. Wauquiez.

Interrogé sur la promesse du plein-emploi en 2025 il répond : "il n'y a personne qui y croit". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.