Angers : un détenu agresse un surveillant de prison avec une lame de rasoir

Angers : un détenu agresse un surveillant de prison avec une lame de rasoir
Un surveillant de prison, à Meaux, en décembre 2017 (illustration)

, publié le samedi 26 janvier 2019 à 19h40

L'agresseur, qui était en détention provisoire, a été placé en hôpital psychiatrique.

Un surveillant a été blessé vendredi 25 janvier à la maison d'arrêt d'Angers par un détenu armé d'une lame de rasoir dissimulée dans son pantalon. L'assaillant a depuis été placé dans un hôpital psychiatrique, a-t-on appris samedi de source judiciaire. "Il a d'abord été extrait pour être placé en garde à vue par la sureté départementale puis il a été examiné par un psychiatre qui a estimé qu'il ne pouvait pas être mis en garde à vue: son état nécessitait une hospitalisation sous contrainte", a indiqué le parquet d'Angers. L'agresseur a "trois identités"

"Il est actuellement à l'hôpital psychiatrique. Quand ses soins seront terminés, il y aura une mesure de reprise de la garde à vue", a précisé le parquet.  Connu sous trois identités différentes, cet homme de 24 ans était en détention provisoire dans le cadre d'une affaire ouverte par un juge d'instruction à Nantes. Le surveillant, qui a été blessé sur une dizaine de centimètres au cou, "continue de bénéficier de soins". Ses jours ne sont pas en danger. 

Réaction des syndicats

Cette agression a déclenché samedi matin plusieurs "débrayages" de surveillants, qui ont retardé leur prise de service à l'appel des organisations syndicales.


Ces retards de prise de service, d'une durée moyenne de "cinq à quinze minutes", ont concerné 31 établissements pénitentiaires sur 189, a indiqué à l'AFP la direction de l'administration pénitentiaire. Dans quelques établissements, dont Angers, ces retards ont pu atteindre "30 à 40 minutes", selon la DAP. Ces actions n'ont pas eu d'impact sur la gestion de la détention, d'après la même source.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.