Alsace : une invitation pour un pique-nique fait scandale

Alsace : une invitation pour un pique-nique fait scandale©Google Street View

6Medias, publié le dimanche 02 avril 2017 à 14h45

Une enquête a été ouverte par le procureur de la République de Saverne (Bas-Rhin) à la suite de la publication sur Facebook d'une invitation pour un "pique-nique" sur le site de l'ancien camp de concentration du Struthof-Natzweiler.

Les "événements Facebook" sont particulièrement utilisés par les membres du réseau social, car ils permettent de donner à tous ceux qui s'y inscrivent des informations, tout en leur permettant de commenter ou de poser des questions. Celui qui a été publié sous l'intitulé "Visite + pique-nique au Struthof" n'a cependant pas plu du tout au consistoire israélite du Bas-Rhin, qui a saisi le procureur de Saverne, comme le rapporte France 3 Grand Est.

Le site du Struthof-Natzweiler est un ancien camp de concentration nazi, où près de 22.000 personnes ont été exterminées pendant la Seconde Guerre mondiale. L'invitation, qui représentait une photo en noir et blanc du camp et qui stipulait la date du lundi 3 avril, a immédiatement généré un grand nombre de remarques antisémites et racistes et de références aux chambres à gaz. Supprimés de Facebook, la publication et ses commentaires ont cependant été capturés par des internautes. Une enquête a été ouverte pour "apologie de crimes contre l'humanité" et "provocation à la haine ou à la violence" par le procureur de la République.

L'un des auteurs présumés de cette invitation a publié un message d'excuses dans lequel il explique que "l'événement était un événement sérieux dans le but de rappeler aux personnes externes de mon établissement scolaire qu'il y avait une sortie organisée dans le camp de concentration et qu'il fallait, par conséquent, ramener un pique-nique personnel". Il déclare ensuite que des personnes "étrangères à l'établissement" ont rejoint l'événement pour le tourner en dérision et présente ses excuses.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU