Allergies, réactions cutanées... Les jardineries doivent désormais indiquer les plantes présentant des "risques pour la santé"

Allergies, réactions cutanées... Les jardineries doivent désormais indiquer les plantes présentant des "risques pour la santé"
Exposition sur les orchidées au Jardin des Plantes à Paris.

publié le vendredi 02 juillet 2021 à 11h10

Angélique, laurier rose, cyprès... Au total, 58 espèces pouvant être toxiques ont été recensées. 

Allergies, réactions cutanées, toxicité en cas d'ingestion...

Certaines plantes peuvent présenter des risques pour la santé. Depuis le 1er juillet, "les distributeurs ou vendeurs de végétaux d'ornement" sont tenus d'informer leurs clients sur "le potentiel de certaines plantes vivantes à porter atteinte à la santé humaine", indique sur son site le ministère de la Santé. "L'information délivrée porte sur les effets potentiellement néfastes de ces végétaux ainsi que sur les moyens de s'en prémunir et sur les gestes à accomplir en cas d'exposition à risque", détaille le ministère.



Au total, 58 espèces "susceptibles de porter atteinte à la santé humaine" ont été recensées et classées en trois catégories : celles "pouvant être toxiques en cas d'ingestion ; celles "dont le pollen peut provoquer une allergie respiratoire ; et enfin les espèces "pouvant entraîner des réactions cutanées". Parmi ces dernières, on distingue les spécimens qui provoquent des réactions cutanées et celles qui en provoque "en cas de contact avec la peau et d'exposition au soleil".

Parmi les espèces toxiques en cas d'ingestion, le gouvernement cite notamment : la ciguë, la belladone, le colchique, certains daturas, la digitale pourpre, le laurier rose, le ricin ou encore l'If. Parmi les espèces pouvant provoquer une allergie respiratoire se trouvent certains aulnes, les bouleaux blancs et pubescents, le charme, le noisetier commun, l'olivier, le cèdre du Japon, les cyprès commun et d'Arizona ou encore certains frênes.

Alocasia, philodendron, primevère obconique ou encore sumac vénéneux peuvent provoquer des réactions cutanées, précise la liste gouvernementale. Quant à l'angélique vraie, l'angélique des bois, le dictame blanc ou encore la livèche et la rue des jardins, également appelée rue fétide, elles peuvent provoquer des réactions en cas de contact avec la peau et d'exposition au soleil.

En cas de doutes, le site www.plantes-risque.info, mis en ligne par le ministère des Solidarités et de la Santé en association avec Fredon France, recense les différentes espèces pouvant présenter des risques pour l'homme. Il présente également "les moyens de se prémunir des risques, les bons réflexes à avoir en cas de symptômes et des indications sur la présence de la plante dans le milieu naturel".

En cas de symptômes après l'ingestion d'une plante toxique, il est conseillé de contacter le centre antipoison le plus proche, le 15 ou le 112. Il est également recommandé de conserver l'étiquette ou une photographie du végétal pour faciliter son identification. En cas de réaction cutanée anormale, il est conseillé de rincer à l'eau les zones exposées, de laver les vêtements ayant été en contact avec la plante et de consulter un centre antipoison ou un médecin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.