Alexandre Benalla dément avoir aidé Carlos Ghosn à fuir le Japon

Alexandre Benalla dément avoir aidé Carlos Ghosn à fuir le Japon
Alexandre Benalla, le 26 février 2019 à sa sortie de la prison de la Santé.
A lire aussi

, publié le jeudi 09 janvier 2020 à 11h43

Interrogé par Marianne, l'ancien chargé de mission de l'Élysée assure ne pas avoir aidé l'ex-PDG de Renault-Nissan, mais a admis avoir des liens avec une société de renseignement libanaise citée et connaître l'homme d'affaires turc propriétaire d'un des deux jets qui auraient été utilisés.

Pour sa première prise de parole depuis sa fuite du Japon fin décembre, l'ancien patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn a abordé tous les sujets lors de sa conférence de presse mercredi 8 janvier à Beyrouth, en éludant un seul : les conditions de sa fuite.




La presse du monde entier les a rapportées comme rocambolesques, en jet privé dans une caisse percée entre le Japon et le Liban avec escale en Turquie, mais Carlos Ghosn n'en a divulgué aucun détail pour ne pas causer d'ennuis aux personnes qui l'ont aidé.

Quelques instants avant le début de la conférence de presse, Marianne a sorti un article retraçant la fuite de l'ancien magnat automobile et s'interrogent sur ceux qui ont "planifié le coup". "Plusieurs fils, dans les noms de sociétés qui circulent sous le manteau, susceptibles d'avoir participé à l'opération, semblent conduire à un certain... Alexandre Benalla", écrit l'hebdomadaire. 

Interrogé par Marianne, l'ancien chargé de mission de l'Élysée a démenti, mais a admis avoir des liens avec une société de renseignement libanaise citée et bien connaître l'homme d'affaires turc propriétaire d'un des deux jets qui auraient été utilisés.

Une information relayée par l'hebdomadaire Valeurs actuelles et qui a provoqué la moquerie du principal intéressé.


"Je ne sais pas ce que c'est mais ça a l'air d'être de la bonne", a tweeté l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron. Il a également retweeté le post d'un internaute qui soulignait ironiquement "Et alors ? Faut bien bosser, il a un loyer à payer comme tout le monde."
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.