Alerte pollution mercredi en Île-de-France : vitesse réduite sur les routes et chauffage au bois interdit

Alerte pollution mercredi en Île-de-France : vitesse réduite sur les routes et chauffage au bois interdit
L'épisode de pollution de l'air pourrait durer jusqu'à vendredi.

publié le mercredi 10 novembre 2021 à 12h00

La préfecture de la région a par contre décidé de ne pas mettre en place la circulation différenciée, une décision critiquée par les élus écologistes.

Épisode de pollution aux particules fines en Île-de-France mercredi 10 novembre. La préfecture de police de Paris a donc annoncé une réduction de 20 km/h de la vitesse autorisée sur les routes de la région à compter de mercredi 5h30 et jusqu'à la fin de l'épisode de pollution et l'interdiction du chauffage individuel au bois durant toute la journée. 



Airparif, qui mesure la qualité de l'air en Île-de-France, prévoit une "concentration en particules fines PM10 comprise entre 55 et 70 μg/m³, soit un probable dépassement du seuil d'information-recommandation fixé à 50 μg/m", explique la préfecture de police (PP) dans un communiqué publié mardi soir.

Afin de réduire cette pollution, elle a donc décidé d'abaisser à 110 km/h la vitesse maximale autorisée sur autoroutes, à 90 km/h sur les routes limitées à 110 km/h et 70 km/h sur celles limitées à 90 km/h ou 80 km/h. Les poids lourds de plus de 3,5 tonnes doivent obligatoirement contourner la zone par la rocade francilienne.



Par ailleurs, la PP a également interdit l'utilisation du chauffage individuel au bois d'appoint ou d'agrément "qui contribue le plus fortement à l'émission de particules fines". Les dérogations permettant le brûlage à l'air libre des déchets verts sont également suspendues.

De son côté, la Ville de Paris a annoncé la gratuité du stationnement résidentiel dans la capitale pour la journée de mercredi, afin d'inciter les riverains à utiliser d'autres moyens de transport que la voiture individuelle.



Les élus écologistes du Conseil de Paris (GEP) ont déploré le choix de la préfecture de "ne pas mettre en place la circulation différenciée (...) alors qu'Airparif prévoit un épisode de pollution de l'air perdurant jusqu'à vendredi". Ils demandent "que la circulation différenciée soit automatique dès le franchissement du seuil d'information et de recommandation" et même "dès la veille d'un pic de pollution" afin d'éviter ce dépassement.

Ils souhaitent en outre que la région Île-de-France, présidée par Valérie Pécresse, "rende gratuits les transports en commun les jours de pollution, pour favoriser les déplacements non ou peu polluants".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.