Aisne : vive polémique après la mise aux enchères d'objets de la Seconde Guerre mondiale

Aisne : vive polémique après la mise aux enchères d'objets de la Seconde Guerre mondiale©Capture d'écran Google Maps

publié le mardi 05 janvier 2021 à 20h11

Des objets nazis ont été exposés sur Internet dans le cadre d'une vente aux enchères à Soissons, rapporte France 3. Certaines associations juives ont fait part de leur indignation tandis que l'organisateur de la vente assure respecter la loi.

C'est une publicité dont l'organisateur se serait bien passé.

Samedi 9 janvier, une vente aux enchères va être organisée à l'hôtel des ventes de Soissons (Aisne). Cette vente, dite "militaria", comprenant des casques de la Seconde Guerre mondiale ou des uniformes de soldats, était a priori banale. Sauf que, comme le rapporte France 3 Hauts-de-France mardi 5 janvier, un passionné d'art a découvert que des objets nazis allaient y être mis aux enchères.



C'est en se baladant sur le site interenchères.fr que cet internaute, qui préfère rester anonyme, est tombé sur "des drapeaux, des bustes d'Hitler et des brassards nazis". Selon France 3, des casquettes et boucles de ceintures de Waffen SS, des dagues à l'effigie du IIIe Reich, des bustes en bronze de soldats allemands ou encore des journaux de propagande nazie sont également sur la liste des objets proposés à la vente.

La vente de tels objets est strictement encadrée par la loi française. Concrètement, il est autorisé d'être en possession et de vendre des objets de l'époque nazie, mais il est interdit de les exposer, même en photo. En publiant des clichés de reliques du IIIe Reich, l'organisateur de la vente aux enchères a-t-il commis un délit ? "Il n'y a pas d'interdictions légales, on a fait attention à rester dans le cadre de la loi", a répondu Me Bruce Roellens, le commissaire-priseur qui organise la vente, à France 3. Même son de cloche du côté du site Interenchères.fr : "La vente d'objets nazis est autorisée, mais soumise à certaines restrictions. Leur exposition au public est prohibée et les insignes nazis doivent être masqués lors de leur publication sur notre site dans le cadre de la promotion de la vente."

Consternation des associations juives et retrait de 18 lots

D'après nos confrères, les croix gammées sont bien cachées mais les autres symboles nazis comme l'aigle, ou encore le Totenkopf (symbole des Waffen SS), sont encore visibles sur les photos. De quoi susciter la consternation dans les rangs des associations juives. "Des commissaires-priseurs peu scrupuleux n'hésitent pas à proposer des objets, bustes et autres 'souvenirs' des Nazis", a dénoncé, ce mardi 5 janvier, le Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme (BNVCA).

Le préfet et le procureur vont être saisis par le BNVCA, pour "que cesse non seulement le trouble à l'ordre public, non seulement l'apologie du nazisme mais surtout l'encouragement des minables qui voient dans les croix gammées un moyen de dissimuler leur immonde lâcheté". Face à la polémique, le commissaire-priseur, qui a "l'impression d'être censuré", a supprimé 18 lots sur 40, précise le média régional.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.