Airbnb : la mairie de Paris a-t-elle lancé un site poussant à la délation ?

Airbnb : la mairie de Paris a-t-elle lancé un site poussant à la délation ?
Les bureaux Airbnb à Paris le 21 avril 2015 (Illustration).

, publié le mardi 10 mai 2016 à 17h00

- La ville de Paris a publié la liste des locations touristiques en conformité avec la réglementation parisienne. Une façon "d'exercer une pression où les voisins vont demander des comptes" selon le directeur de cabinet de la maire de Paris Mathias Vicherat.

-

Toujours dans le cadre de sa lutte contre la location meublée touristique illégale, Paris continue sa guerre contre Airbnb. Après des contrôles inopinés au début de l'année ou encore l'obligation pour la plateforme communautaire de locations de logements de particuliers de collecter la taxe de séjour reversée à la ville, la mairie a ouvert sur opendata.paris.fr "les données sur les locations meublés touristiques" en publiant a liste des 126 logements parisiens autorisés à accueillir des touristes dans les règles révèle Europe 1. Pour que leur adresse figure sur cette carte interactive, leur propriétaire ont déboursé plusieurs milliers d'euros, et peuvent ainsi louer leur logement toute l'année. Actuellement, louer son logement plus de quatre mois par an à des touristes sans le déclarer aux autorités est passible d'une amende de 25.000 euros.

"Le problème c'est que tous les propriétaires concernés ne se déclarent pas. Alors, explique Mathias Vicherat, directeur de cabinet de la mairie de Paris, si vous soupçonnez votre voisin de louer son appartement à temps plein à des touristes et qu'il n'apparaît pas sur la carte vous pouvez le signaler" souligne la radio. "D'une certaine manière, cela peut exercer une pression, notamment via le syndic, où les voisins vont demander des comptes en demandant pourquoi cette personne qui n'a pas procédé à l'opération de mise en conformité continue à louer son logement" détaille ce dernier au micro de la station.



Nathalie Kosciusko-Morizet, cheffe de l'opposition (LR) à la maire de Paris PS Anne Hidalgo, s'est interrogée sur Twitter sur un "nouveau parti des délateurs : avec un corbeau pour logo?".



Sur les réseaux sociaux, les internautes crient au scandale, certains allant même jusqu'à comparer cette initiative à la France de 1940...





"Il ne s'agit pas d'un site pour dénoncer son voisin" assure pourtant à Europe 1 la mairie de Paris. "On souhaite que cela provoque un espèce de choc de conscience de civisme, et que les gens se mettent en règle d'eux-mêmes, sans attendre d'être éventuellement signalé par un de leurs voisins" a insisté Mathis Vicherat. Contacté par le Huffington Poste, le service de presse de la mairie de Paris a démenti cette information, pointant une mauvaise interprétation faite par Europe 1 d'un communiqué. "Non, nous ne lançons pas de site pour dénoncer son voisin, ni même une adresse mail. Cette démarche - qu'il faut appeler par son nom : de la délation - ne correspond ni à l'identité de Paris, ni à notre souci d'efficacité en matière de contrôle des meublés touristiques", a répondu ensuite la Ville dans un communiqué en précisant que ses équipes spécialisées suffisaient à un "travail de terrain efficace".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.