Aides sociales : les bénéficiaires des APL vont encore perdre 5 euros

Aides sociales : les bénéficiaires des APL vont encore perdre 5 euros
La façade du bâtiment de la CAF à Bordeaux (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le lundi 18 juin 2018 à 20h53

Les APL ne seront pas revalorisées cette année, ce qui représente un nouveau manque à gagner pour les allocataires.

Lors du vote du budget 2018, le gouvernement a voté le gel des aides au logement qui ne seront donc pas revalorisées le 1er octobre prochain alors qu'elles l'avaient (presque) toujours été jusqu'alors chaque année, révèle BFMTV.

Les APL ont en effet toujours été indexées sur l'indice de référence des loyers sauf exceptionellement en 2012, sous Nicolas Sarkozy. François Hollande avait rétabli ce principe lors de son arrivée à l'Elysée.



"Les très pauvres et les familles nombreuses" particulièrement touchés

L'information a été révélée par Manuel Domergue, le directeur d'études de la Fondation Abbé Pierre. La mesure est d'autant plus injuste, selon lui, que "comme c'est en pourcentage, ça touchera plus ceux qui ont beaucoup d'APL, c'est-à-dire les très pauvres et les familles nombreuses".



Les aides au logement, qui atteignent en moyenne 260 euros par mois selon les calculs de BFMTV, sont révisées en fonction de l'indice de références des loyers, l'IRL. L'indice correspond à "l'inflation moyenne des douze derniers mois (hors tabac et loyers)". L'indice devait augmenter de 1,8%. Le gel des APL constitue ainsi cette année un manque à gagner de 4,68 euros pour les allocataires, après une baisse de 5 euros/mois à l'automne dernier.

Une baisse contenue dans le budget 2017 votée sous François Hollande mais appliquée par le gouvernement d'Édouard Philippe. Le Premier ministre avait à l'époque qualifié de "pas intelligent" ce coup de rabot, qui représente une économie mensuelle de 32,5 millions d'euros pour l'Etat. Mais il l'avait justifié par la nécessité de réaliser les économies prévues dans le budget 2017 par la majorité précédente.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU