Aidenbaum mis en examen pour "viol" démissionne du Conseil de Paris

Aidenbaum mis en examen pour "viol" démissionne du Conseil de Paris
Pierre Aidenbaum alors maire du 3e arrondissement de Paris, le 20 février 2014 à Paris

, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 16h15

L'ex-adjoint à la mairie de Paris Pierre Aidenbaum, mis en examen pour "viol" et "agressions sexuelles" début octobre, a démissionné du Conseil de Paris, a-t-il fait savoir mercredi par communiqué, en réaffirmant son "innocence".

L'élu PS justifie cette décision par la nécessité de "répondre aux autorités judiciaires en toute liberté". Il se dit aussi "soucieux de la sereine continuité de la vie politique parisienne".

"En cohérence avec son engagement militant et par respect pour ses électeurs, Pierre Aidenbaum a décidé de démissionner de son mandat de Conseiller de Paris", a-t-il écrit, précisant avoir informé la maire de Paris et le préfet.

"Pierre Aidenbaum réaffirme avec force son innocence et reste confiant quant à l'issue de la procédure dont il est aujourd'hui l'objet", ajoute le communiqué.

La maire de Paris Anne Hidalgo lui avait demandé de démissionner à la suite de sa mise en examen, le 9 octobre.

Celle-ci a été assortie d'un contrôle judiciaire qui lui interdit "le contact avec la ou les victimes et les témoins". Il a également "l'interdiction de paraître à l'Hôtel de ville et à la mairie d'arrondissement de Paris Centre", avait précisé une source judiciaire en octobre.

M. Aidenbaum avait démissionné de ses fonctions d'adjoint le 14 septembre à la suite de la révélation, par la mairie de Paris, d'accusations de harcèlement sexuel de la part d'une proche collaboratrice.

Pierre Aidenbaum a été maire du IIIe arrondissement de la capitale pendant 25 ans et, après la réélection d'Anne Hidalgo en juillet, adjoint à la mairie centrale chargé de la Seine.

Sa démission était la deuxième sur fond de scandale sexuel auquel est confronté l'exécutif parisien depuis la mise en place de la nouvelle équipe municipale.

Adjoint emblématique à la Culture d'Anne Hidalgo, Christophe Girard avait été poussé à la démission le 23 juillet en raison de ses liens avec l'écrivain Gabriel Matzneff, accusé de pédophilie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.