Aide aux victimes du terrorisme : les associations montent au créneau contre la suppression du secrétariat d'État

Aide aux victimes du terrorisme : les associations montent au créneau contre la suppression du secrétariat d'État

Une cérémonie en hommage aux personnes tuées au Bataclan, un an après l'attaque terroriste, le 13 novembre 2016

Orange avec AFP, publié le lundi 10 juillet 2017 à 13h50

Depuis la nomination d'Edouard Philippe au poste de Premier ministre, le secrétariat d'État à l'Aide aux victimes a disparu de l'organigramme du gouvernement. Une situation inadmissible pour les personnes qui ont perdu un proche au Bataclan ou à la terrasse d'un café.



Nulle part ne figure la mention "victimes du terrorisme" dans l'organisation du nouveau gouvernement. Jusqu'en mai dernier, il existait pourtant un secrétariat d'État à l'Aide aux victimes. Cette structure, créée après les attentats du 13 novembre, avait pour objectif d'améliorer la prise en charge des victimes d'attaques en fluidifiant les échanges d'informations entre services. Désormais cette entité n'existe plus, ce qui révolte les principaux concernés.

"On ne comprend absolument pas pourquoi on démantèle ce qui commençait à fonctionner", fustige ainsi Georges Salines au micro de France Info. Le père de Lola Salines, tuée au Bataclan, vit cette situation comme un "retour en arrière". "Trahison est peut-être un mot un peu fort mais il y a un sentiment de volonté de tourner la page, et finalement, nous, on fait partie de la page qui est en train d'être tournée", poursuit le père de la jeune fille décédée.



- MANQUE DE MOYENS -

Jusqu'à présent, le secrétariat d'État avait permis une meilleure coordination des efforts des différents ministères. À la place, l'exécutif propose la création d'une délégation ministérielle. La mesure devrait être annoncée à la mi-juillet par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, selon France Info. Une nouvelle qui ne réjouit pas les associations de victimes car cette future structure, qui sera rattachée au ministère de la Justice, disposera selon elles de moins de pouvoirs et donc de moins d'influence sur les autres acteurs de la politique.

- UNE PROBLÉMATIQUE TRANSVERSALE -

"S'occuper des victimes de terrorisme et des victimes de catastrophes dépasse le cadre judiciaire. Il y a des problématiques en termes de santé publique, de fiscalité, d'emploi", défend le délégué général de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac), Stéphane Gicquel, toujours au micro de France Info. "Il faut réfléchir à un rattachement au Premier ministre, avec une équipe venant des différents ministères."

Même son de cloche du côté de l'association Life for Paris. Alexis Lebrun, son porte-parole, réclame également que la nouvelle structure pour les victimes du terrorisme soit rattachée à Matignon, comme c'était le cas de l'ancien secrétariat d'État : "Pour avoir un périmètre d'action suffisant, il faut être sous la tutelle du Premier ministre", explique-t-il à France Info, "pour que la personne concernée puisse rassembler tous les ministères concernés. (...) Il faut donc bien être sous la tutelle de Matignon et non pas du ministère de la Justice, qui n'a pas le périmètre suffisant pour agir correctement".



- AUCUNE EXPLICATION -

D'ailleurs, pourquoi supprimer le secrétariat d'État qui semblait fonctionner correctement ? "C'est la grande question, malheureusement", rétorque Alexis Lebrun sur France Info. Aucune explication officielle n'a été donnée à cette disparition. "Personne n'est capable de le dire et c'est ce qui a suscité de l'incompréhension pour tout le monde."

Plusieurs personnalités politiques se sont récemment prononcées pour la réintroduction dans le gouvernement d'un secrétariat d'État dédié aux victimes du terrorisme. Cet appel à notamment été lancé par Eric Ciotti, député des Alpes maritimes. "Il apparaît urgent de rétablir le système antérieur", avait-il fait savoir dans un message publié sur Twitter le 26 juin dernier.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
32 commentaires - Aide aux victimes du terrorisme : les associations montent au créneau contre la suppression du secrétariat d'État
  • Dossier difficile, l'indemnisation des victimes est compliquée.Que d' abus aussi, souvenez vous cette jeune mère de famille qui réclamait des compensations , sa mère est décédée à Nice , elle gardait les enfants de sa fille celle ci voulait donc être dédommagée et aidée pour payer les frais de nourrice !
    Pas besoin pour cela d' un secrétariat d'état, Des règles simples peuvent être fixées par les associations ,
    par exemple : seraient pris en charge la victime blessée et les descendants à charge des victimes décédées.

  • Ils ont fermé la pompe a fric!

  • Tout est fait pour effacer la mémoire des victimes des attentats.
    En revanche, le maintien de l'état d'urgence, leurre inefficace contre le terrorisme,
    sert à museler toute contestation envers le gouvernement.

  • ce gouvernement grille du mauvais crouton !!!

  • Les politiques n'ont que faire des victimes : combien d'électeurs ? Ils se fichent pas mal des victimes ! Quant aux magistrats dire qu'ils s'en contre foutent est faible !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]