Aide aux travailleurs précaires : Pôle emploi va demander le remboursement des trop-perçus

Aide aux travailleurs précaires : Pôle emploi va demander le remboursement des trop-perçus
Une agence Pôle emploi de Montpellier.

, publié le mercredi 24 février 2021 à 19h45

Les personnes concernées pourront toutefois contester le remboursement et obtenir une remise. "Une analyse sera faite au cas par cas", assure Pôle emploi.

Alors que les syndicats FO et la CFDT dénonçaient des "dysfonctionnements" dans le versement de l'aide aux travailleurs précaires, effectué par Pôle emploi, et appelaient "solennellement de ne pas procéder au rattrapage de ces trop-perçus" auprès d'"usagers qui rencontrent déjà des difficultés financières importantes", les demandeurs d'emploi qui ont touché à tort tout ou partie de cette aide vont se voir demander le remboursement du trop-perçu, indique Le Parisien.

Toutefois, les particuliers concernés pourront contester le remboursement et obtenir une remise.



Cette aide exceptionnelle, destinée aux travailleurs précaires ayant alterné des périodes d'emploi et de chômage en 2019, doit leur garantir un revenu mensuel de 900 euros net. Elle est versée automatiquement par Pôle emploi aux demandeurs d'emploi remplissant les critères fixés par un décret du 30 décembre.

"Les cas (de dysfonctionnement) sont très minoritaires. Nous sommes en train de gérer au plus près les dossiers en cours et ceux qui doivent encore être traités", explique-t-on à Pôle emploi auprès du Parisien. Selon le quotidien, 40.000 personnes seraient touchées par ces dysfonctionnements : 25.000 n'auraient pas reçu la prime à laquelle elles sont éligibles et 15.000 auraient reçu l'aide à tort.


Cette situation est vivement dénoncée par les syndicats qui pointent une erreur liée à la "distribution automatisée" des aides, une erreur dont les bénéficiaires ne sauraient être tenus pour responsables. Mais le processus de demande de remboursement est en cours de lancement et seule une décision du gouvernement pourrait l'arrêter. 

Les personnes concernées par ces versements indus pourront toutefois contester le remboursement et obtenir une remise partielle ou complète. "Compte tenu de la situation, une analyse sera faite au cas par cas. Nous pouvons comprendre la mauvaise surprise, en particulier car il s'agit d'une population très touchée par la crise", a indiqué Pôle emploi dans les colonnes du Parisien.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.