Agriculture biologique : des anomalies constatées par la répression des fraudes

Agriculture biologique : des anomalies constatées par la répression des fraudes
Une étiquette pour des tomates "bio", le 22 novembre 2017
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 26 février 2019 à 13h30

Des contrôles au sein de la filière de l'agriculture biologique ont mis en évidence des manquements à la réglementation, allant de l'anomalie sur l'étiquetage à la tromperie à l'égard du consommateur.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a rendu les conclusions de son enquête de contrôle de l'agriculture biologique réalisée en 2017, rapporte ce mardi 26 février BFMTV. Sur 1.624 contrôles, le taux d'anomalies s'élève à 28%. Ce sont précisément 60 procès-verbaux et 449 avertissements qui ont été délivrés, ainsi que 169 mesures de police administrative qui ont été prises.

Dans la majeure partie des cas (63%), les infractions et manquements constatés sont liés à un non-respect de la réglementation européenne (n°834/2007) relative à la production biologique. La DGCCRF a observé "des problèmes d'étiquetage, de pratiques commerciales trompeuses et, dans une moindre mesure, de traçabilité des produits et de tromperies à l'égard des consommateurs". Pour le reste, il s'agit de fautes par rapport aux règles générales portant notamment sur l'hygiène ou l'information sur les prix.


Contactée par BFMTV, l'autorité administrative explique que les anomalies détectées ne signifient pas "forcément" que les produits ne sont pas "bio". "Mais ils ne sont pas conformes, car ils ne sont pas certifiés", souligne Alexandre Chevallier, directeur adjoint de la DGCCRF, cité par la chaîne.


Enfin, 18 échantillons de produits de la production biologique sur 240 testés ont fait apparaître des résidus de pesticides. "Il faut pas oublier que nos contrôles sont toujours ciblés, et ne sont pas forcément représentatifs du marché", précise toutefois la DGCCRF auprès de BFMTV.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.