Agression de Yuriy : deux nouveaux mineurs placés en garde à vue, douze au total

Agression de Yuriy : deux nouveaux mineurs placés en garde à vue, douze au total
Dans la soirée du 15 janvier, Yuriy a été roué de coups par une bande de jeunes.

publié le vendredi 29 janvier 2021 à 19h55

Douze personnes sont donc désormais retenues par les enquêteurs, notamment pour "tentative d'assassinat"

Deux nouveaux mineurs ont été placés en garde à vue ce vendredi 29 janvier dans l'enquête sur le passage à tabac de Yuriy, collégien de 15 ans, mi-janvier à Paris, a appris l'AFP auprès du parquet de Paris.


Au total, douze personnes sont donc désormais retenues par les enquêteurs, notamment pour "tentative d'assassinat". La police s'intéresse à la piste d'une rixe entre bandes rivales.

Neuf mineurs et un majeur avaient été placés en garde à vue jeudi et plusieurs de ces arrestations avaient eu lieu à Vanves (Hauts-de-Seine), ville limitrophe du sud-ouest parisien.

Dans la soirée du 15 janvier, Yuriy avait été conduit à l'hôpital dans un état grave après avoir été roué de coups par une bande de jeunes. Il se trouvait alors avec des amis sur la dalle de Beaugrenelle, le toit aménagé d'un centre commercial du XVe arrondissement, un quartier aisé de la capitale. La diffusion sur les réseaux sociaux le 22 janvier d'une vingtaine de secondes d'images de son agression avait suscité un vif émoi.

Yuriy "avait un tournevis dans sa poche" lors de son agression

L'enquête examine, entre autres, la piste d'une agression par une bande de jeunes de cités de l'ouest parisien et tente d'établir le lien entre les différents protagonistes, a expliqué une source proche du dossier. Selon cette même source, le collégien "avait un tournevis dans sa poche" lors de son agression.

Sur les images de l'agression, on voit une dizaine de jeunes en tenue de sport et blouson à capuche s'acharnant à coups de pied et de battes, ou de bâtons, sur une personne au sol, avant de l'abandonner.

Une quinzaine de bandes dans la capitale

Les rivalités entre bandes ont coûté la vie à six jeunes en 2017 et 2018 à Paris selon les autorités qui ont recensé 83 affrontements en 2020 dans la capitale (contre 159 en 2016). Une quinzaine de bandes sont recensées dans la capitale par la préfecture de police de Paris (PP) qui a mis en place, depuis 2011, une cellule de suivi du plan bandes (CSPB). Elle s'accompagne, depuis 2016, d'un dispositif judiciaire (Groupe local de traitement de la délinquance) associant police, mairies et services éducatifs sous l'égide du parquet.

Les noms de ces bandes renvoient directement à leur quartier : la "bande de Falguière", celle du "Moulin de la Vierge", de la "rue de la Grange aux Belles" ou "RD4", pour la "rue des 4 Frères Peignot", à proximité du centre commercial de Beaugrenelle (XVe arrondissement) où Yuriy a été violemment frappé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.