Agression à la prison de Condé-sur-Sarthe : le père de l'assaillant témoigne

Agression à la prison de Condé-sur-Sarthe : le père de l'assaillant témoigne
La prison d'Alençon-Condé-sur-Sarthe photographiée le 6 mars 2019

, publié le jeudi 07 mars 2019 à 11h00

Le père de Michaël Chiolo, le détenu de 27 ans qui a attaqué deux surveillants dans la prison de Condé-sur-Sarthe, s'est exprimé au micro de BFMTV. Pour lui, son fils est intelligent mais influençable.

Michaël Chiolo a-t-il voulu "copier" d'autres jihadistes ? C'est en tout cas ce que laisse entendre son père, interrogé par BFMTV mercredi 6 mars. Interviewé par téléphone, l'homme a décrit son fils comme une personne influençable.

Lorsqu'il était plus jeune, Michaël Chiolo "aimait bien copier les autres", a expliqué son père. "Il aimait bien faire comme les autres. À mon avis, il n'a pas changé par rapport à ça et il a copié quelque chose de mal", a déclaré l'homme, qui est resté en contact avec son fils durant sa détention.



"Une trentaine" d'appels au Raid

Au micro de BFMTV, le père a indiqué avoir tenté d'entrer en contact avec les forces de l'ordre à plusieurs reprises, lors des négociations, avant que l'assaut ne soit donné. "Moi j'ai eu pendant 10 minutes le chef du RAID au téléphone, j'écoutais au cas où", a raconté l'homme. "Je leur ai dit : 'laissez-moi communiquer avec mon fils. À mon avis, je pense qu'il va ouvrir la porte'. Ils ne m'ont jamais rappelé, et pourtant j'ai appelé la maison d'arrêt au moins une trentaine de fois hier", a-t-il affirmé. 

Mardi matin, Michaël Chiolo et sa compagne ont poignardé deux gardiens de prison, avant de se retrancher durant près de 10 heures dans une unité de vie familiale. Les surveillants ont été grièvement blessés au visage et au thorax, selon une source policière. Âgés d'une trentaine d'années, ils ont été hospitalisés mais leurs jours ne sont pas en danger. Le détenu a affirmé "vouloir venger" Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, selon le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.