Agressé par le député M'Jid El Guerrab, le socialiste Boris Faure donne de ses nouvelles

Agressé par le député M'Jid El Guerrab, le socialiste Boris Faure donne de ses nouvelles
Capture d'écran du compte Twitter de Boris Faure.

Orange avec AFP, publié le lundi 02 octobre 2017 à 22h43

FAIT DIVERS. Agressé fin août par l'ex-député LREM, le cadre PS a dévoilé sur les réseaux sociaux sa cicatrice au niveau du crâne.

"Maintenant que justice soit faite", a-t-il écrit.

"La cicatrice est impressionnante. Elle dit un peu de la violence de l'agression", a écrit lundi 2 octobre sur Facebook Boris Faure, agressé à coups de casque le 30 août dernier par l'ex-député La République en Marche M'jid El Guerrab. Le premier secrétaire de la Fédération des Français de l'étranger du Parti socialiste a accompagné ce commentaire d'un cliché de son crâne.



"Maintenant que justice soit faite", a-t-il écrit sur Twitter au dessus de cette même photo.



Le cadre du PS avait été hospitalisé deux fois à la suite de cette agression et écopé d'une Interruption Totale de Travail (ITT) d'au moins 30 jours . Il était tombé dans le coma et avait dû être opéré en raison d'une hémorragie cérébrale.

UN CONTENTIEUX DE LONGUE DATE

M'jid El Guerrab, 34 ans, a été mis en examen pour "violences volontaires avec arme". Une réponse au comportement agressif de Boris Faure qui lui aurait "tordu" le bras, avait affirmé son avocat. Le député avait également déclaré que Boris Faure avait tenu des propos racistes à son encontre.

Ce qu'a formellement démenti le 13 septembre Boris Faure. "Je vous le dis très nettement et solennellement: il n'y a eu dans ma bouche non seulement ce jour là aucune insulte raciste, aucune insulte tout court mais l'insulte raciste ne fait pas partie de mon ADN", avait-il affirmé sur France Inter. "Tout ça c'est du mensonge éhonté et c'est même ce que j'appelle, parce que vous parlez aussi de ce qu'il appelle son entorse au poignet, tout ça c'est du roman du gare", a-t-il assuré, niant avoir harcelé ou menacé de mort M. El Guerrab.

Depuis plusieurs mois, les deux hommes nourrissent un contentieux né du départ fin 2016 du PS de M'jid El Guerrab qui a rallié La République en marche d'Emmanuel Macron. Depuis, le jeune élu a finalement quitté LREM avant d'être nommé à la commission Défense de l'Assemblée nationale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.