Affaire Troadec : une légende d'un trésor brestois au coeur du drame ?

Affaire Troadec : une légende d'un trésor brestois au coeur du drame ?©Google StreetView

6Medias, publié le samedi 11 mars 2017 à 11h36

L'assassinat de la famille Troadec par Hubert Caouissin serait relié à une légende d'un trésor perdu dans le port de Brest durant la Seconde Guerre mondiale, thèse avancée par Le Télégramme.

Après les aveux d'Hubert Caouissin, qui a reconnu avoir assassiné les quatre membres de la famille Troadec, l'enquête se poursuit pour connaître les raisons exactes qui l'ont poussé à commettre cet acte. En garde à vue, le meurtrier présumé a évoqué un butin en lingots et pièces d'or, au coeur d'un différend familial.

Thèse accréditée par la mère de Pascal Troadec, interrogée par Le Parisien, et prise suffisamment au sérieux par la police, qui a décidé d'ouvrir une enquête patrimoniale pour retrouver la trace de ce trésor.

Le quotidien Le Télégramme relie l'affaire à une légende brestoise datant de la Seconde Guerre mondiale, celle d'un colis de lingots et pièces d'or qui aurait disparu dans le port de Brest en 1940 et qui n'aurait jamais été retrouvé, officiellement. À l'époque, le ministre des Finances cherche à cacher l'or de la Banque de France à l'étranger pour éviter que les Allemands ne mettent la main sur le trésor national. De nombreuses caisses et sacoches transitent ainsi vers Brest pour être chargées dans des bateaux et expédiées en lieux sûrs, notamment aux États-Unis, au Canada, au Maroc et au Sénégal.



Au total, 736 tonnes d'or sont stockées à la pointe de la Bretagne. Cinq navires sont affrétés. Mais le rapprochement de la menace allemande oblige à charger les colis à la hâte. Un paquet de 50 kilos disparaît. Il serait tombé dans l'eau à la sortie du port de Brest. La mère de Pascal Troadec évoque pourtant ce trésor que son mari aurait découvert en 2006 en effectuant des travaux dans un appartement du quartier de Recouvrance, qui surplombe le port. Peu de temps après sa mort, en 2010, son fils Pascal Troadec aurait récupéré le butin et l'aurait placé dans des paradis fiscaux, à Monaco et en Andorre.

Grâce à ce juteux placement, la famille Troadec aurait bénéficié de revenus confortables. C'est ce qui aurait suscité la jalousie d'Hubert Caouissin et entretenu son "obsession maladive pour ces pièces d'or", comme l'explique Le Télégramme. "Aujourd'hui, il n'y a aucune évidence. On n'est que sur du déclaratif pour l'instant", précise une source proche de l'enquête au quotidien local. Le mystère reste entier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.