Affaire Troadec : le troublant profil des suspects

Affaire Troadec : le troublant profil des suspects©Google Street View

6Medias, publié le mardi 07 mars 2017 à 11h37

Au fil des jours, le flou se dissipe autour du quadruple meurtre d'Orvault. Le beau-frère de Pascal Troadec, Hubert Caouissin, a avoué avoir tué les quatre membres de la famille.

Il a été mis en examen et écroué pour « assassinats » et « atteinte à l'intégrité d'un cadavre ». Les Troadec avaient disparu depuis le 16 février à Orvault, près de Nantes. Selon les dernières informations, c'est une sombre affaire d'héritage dissimulée qui a divisé la famille depuis plusieurs années. Un conflit ancien responsable de nombreuses disputes. Au gré de l'enquête, les langues se délient dans l'entourage des suspects.

Interrogé par Le Parisien, le voisinage décrit un couple « sans histoire » et « très discret ». Le Parisien cite également la mère d'Hubert qui affirme que la compagne de son fils, Lydie, serait tombée malade. « Elle a eu un cancer du sein très avancé. Elle a subi plusieurs opérations et a failli y passer deux fois ». La jeune femme avait travaillé comme secrétaire médicale. Suite au décès du père de Lydie, le comportement du couple aurait changé et il se serait coupé du monde. « Ils rentraient directement dans leur garage, ne parlaient à personne, ne répondaient jamais aux invitations pour des fêtes de quartier, même le petit ne sortait pas », confie un voisin au quotidien avant d'ajouter : « Ils semblaient vivre dans le noir. Et depuis des mois c'est sûr, ils ne vivaient plus dans cette maison ».

Le Parisien s'est également intéressé au profil psychologique du suspect. Agé de 46 ans, il travaillait comme technicien chez DCNS depuis 1987. Suite à un arrêt maladie, il aurait fait un burn-out. Les enquêteurs le décrivent comme quelqu'un « pouvant être aussi intelligent que naïf et influençable ». Des fouilles sont toujours en cours pour tenter de retrouver les corps de la famille.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU