Affaire Omar Raddad : une nouvelle requête en révision va être déposée

Affaire Omar Raddad : une nouvelle requête en révision va être déposée
Omar Raddad avait été condamné en 1994 à 18 ans de réclusion criminelle

publié le lundi 21 juin 2021 à 22h00

L'affaire date d'il y a près de 30 ans. 

La défense d'Omar Raddad, jardinier marocain condamné pour le meurtre de Ghislaine Marchal en 1991 à Mougins, va déposer jeudi une nouvelle requête en révision de son procès sur la base de nouvelles analyses des traces ADN découvertes en 2015, a-t-elle annoncé lundi dans un communiqué.


Cette demande de révision s'appuie sur les analyses ultérieures d'un expert, rendues en 2019 et dévoilées lundi par Le Monde. Ce rapport conclut à la présence d'une trentaine de traces d'un ADN complet masculin n'appartenant pas au jardinier et trouvées dans l'une des inscriptions faites avec le sang de la victime qui désignaient Omar Raddad comme le meurtrier.

Ghislaine Marchal, une riche veuve d'un équipementier automobile vivant à Mougins (Alpes-Maritimes), avait été tuée à coups de couteau le 23 juin 1991 dans sa propriété. Elle était âgée de 65 ans. Sur deux portes, avait été écrit "Omar m'a tuer" et "Omar m'a t" avec le sang de la victime. 

Omar Raddad avait été condamné en 1994 à 18 ans de réclusion criminelle, sans possibilité, à l'époque, de faire appel, avant de bénéficier d'une libération conditionnelle en 1998 à la suite d'une grâce présidentielle partielle de Jacques Chirac.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.