Affaire Omar Raddad : qui sont les condamnés qui ont bénéficié d'une révision ?

Affaire Omar Raddad : qui sont les condamnés qui ont bénéficié d'une révision ?
Omar Raddad devant le ministère de la Justice à Paris, le 1er décembre 2008.

publié le samedi 26 juin 2021 à 07h00

Les révisions de condamnations pénales restent rares en France dans les affaires criminelles. Depuis 1945, seuls une dizaine d'accusés ont bénéficié de leur vivant d'une révision.

Tous ont été acquittés. 

Cette semaine, 30 ans jour pour jour après la découverte du corps de Ghislaine Marchal, Omar Raddad a déposé une nouvelle demande en révision de sa condamnation, appuyée sur de nouvelles analyses ADN. Sa première demande de révision avait été rejetée en 2002 dans cette affaire criminelle, l'une des plus célèbres et controversées en France. 

Omar Raddad, 58 ans aujourd'hui, a été condamné en 1994 à 18 ans de réclusion, sans possibilité de faire appel à l'époque. Il a toujours clamé son innocence. Il avait bénéficié d'une grâce partielle du président Jacques Chirac, puis d'une libération conditionnelle en 1998, mais n'a jamais été innocenté




Onze hommes avant lui ont été blanchis après avoir passé plusieurs années en prison pour des crimes qu'ils n'avaient pas commis. 

Christian Iacono

L'ex-maire de Vence (Alpes-Maritimes), est acquitté en mars 2015 de viols sur son petit-fils. Sa condamnation à neuf ans de prison, en 2009 puis en appel deux ans plus tard, a été annulée en février 2014 car son petit-fils, après avoir soutenu pendant 11 ans avoir été violé par son grand-père, s'était rétracté en 2011. L'élu avait passé 16 mois en prison.

Abdelkader Azzimani et Abdelrrahim El Jabri

Ils ont été acquittés en juillet 2014, après 12 et 13 ans derrière les barreaux. Leur condamnation à 20 ans de réclusion en 2004 pour le meurtre d'un jeune dealer a été annulée en 2013, après la mise en cause d'un nouveau suspect par une expertise ADN. Deux autres hommes, Michel Boulma et Bouziane Helaili, ont été condamnés en 2013 à 20 ans de réclusion pour cet assassinat.

Marc Machin

Il a été acquitté au terme de son troisième procès en décembre 2012, deux ans après l'annulation de sa condamnation, obtenue parce que le véritable auteur du meurtre (David Sagno) s'était dénoncé. Il avait été condamné à 18 ans de réclusion et a passé près de sept ans en prison pour le meurtre d'une femme en 2001 au pont de Neuilly (Hauts-de-Seine). Depuis sa sortie de prison en 2008, il a accumulé les condamnations et doit être jugé pour viol en octobre à Paris.

Loïc Sécher

Il a été acquitté en juin 2011 à l'issue de son procès en révision. Sa condamnation à 16 ans de réclusion pour les viols d'une adolescente avait été annulée en 2010, après que celle-ci se soit rétractée. Il a passé plus de sept ans en prison.

Patrick Dils

Le jeune homme avait été condamné en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité, alors qu'il n'avait que 16 ans, pour les meurtres de deux enfants commis en 1986 à Montigny-lès-Metz (Moselle). Après révision en avril 2001, il avait été de nouveau condamné, à 25 ans, en juin 2001. En 2002, il est finalement acquitté en appel après avoir passé 15 ans de détention. Le tueur en série Francis Heaulme est définitivement condamné depuis 2020 pour ces deux meutres. 

Rida Daalouche

Ce Tunisien est acquitté en mai 1999, après avoir été condamné en 1994 à 14 ans de réclusion criminelle pour meurtre, et avoir passé plus de cinq ans en prison. Sa condamnation avait été annulée en 1998, après qu'il a pu étayer son alibi.

Guy Mauvillain

Condamné pour le meurtre d'une vieille dame à 18 ans de réclusion en 1975, il est rejugé après révision et acquitté en 1985. 

Roland Agret

Condamné à 15 ans de réclusion en 1973 pour l'assassinat d'un garagiste, il obtient la révision de son procès et son acquittement en 1985, après plus d'un an de grève de la faim et une grâce présidentielle pour raisons médicales en 1977. Il est décédé en 2016 après avoir consacré sa vie à la dénonciation des dysfonctionnements de la justice.

Jean-Marie Deveaux

Ce garçon boucher, condamné à 20 ans de réclusion en 1963 pour le meurtre de la fille de ses employeurs, est rejugé et acquitté en 1969. Cette affaire est à l'origine de la loi sur l'indemnisation des victimes d'erreur judiciaire.

Jean Deshays

Ce docker accusé d'avoir assassiné un fermier, condamné à 20 ans de travaux forcés en 1949, est rejugé après révision et acquitté en 1955. 


De nombreuses demandes en révision ont été rejetées, concernant de célèbres affaires comme Dominici, Seznec, ou Dany Leprince. Ce dernier, à qui un second procès avait été refusé en 2011, a obtenu en mai de nouvelles investigations sur le quadruple meurtre pour lequel il a été condamné en 1997. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.