Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut écarté de LCI ?

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut écarté de LCI ?©Panoramic

, publié le mardi 12 janvier 2021 à 18h15

Selon les informations de Télérama, LCI aurait décidé de se séparer d'Alain Finkielkraut, intervenant régulier de l'émission "24 heures Pujadas". En cause : les propos polémiques tenus par le philosophe lundi 11 janvier au sujet de l'affaire Olivier Duhamel.

Habitué des plateaux de télévision, Alain Finkielkraut était, depuis cinq mois, l'un des intervenants réguliers de l'émission "24 heures Pujadas", diffusée en début de soirée sur LCI.

Mais le philosophe de 71 ans ne devrait vraisemblablement plus apparaître de sitôt aux côtés de l'ancien présentateur vedette du 20 Heures de France 2. D'après les informations de Télérama, les dirigeants de la chaîne d'informations en continu auraient en effet décidé de se séparer de lui à la suite de propos très controversés, prononcés lundi 11 janvier et relatifs à l'affaire Olivier Duhamel.



Début janvier, ce dernier a été accusé d'inceste et de viol sur mineur par sa belle-fille, Camille Kouchner. Des accusations étayées dans un livre, La Familia grande (Seuil) et qui ont incité le politologue à démissionner de toutes ses fonctions. S'il a admis que les faits reprochés à Olivier Duhamel étaient "très graves" et "inexcusables", Alain Finkielkraut a surtout suscité étonnement et indignation en évoquant un éventuel consentement de la part de la victime présumée. "Quand on demande : 'Y a-t-il eu consentement, à quel âge ça a commencé, y a-t-il eu ou non une forme de réciprocité,' on vous tombe immédiatement dessus," a-t-il déploré.

"Il faut savoir s'il y a eu consentement"

David Pujadas a ensuite rappelé que la victime présumée (le frère jumeau de Camille Kouchner) était âgée de 14 ans au moment des faits. Ce à quoi le membre de l'Académie française a répondu : "Et alors ? D'abord on parle d'un adolescent, ce n'est pas la même chose, et en plus, même pour spécifier le crime, il faut savoir s'il y a eu consentement." Des déclarations qui ont provoqué la colère des associations de défense des mineurs. Et qui auraient donc convaincu LCI de l'écarter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.