France

Affaire McKinsey : les révélations d’une ancienne cadre contre Emmanuel Macron

Une dizaine de consultants de McKinsey aurait participé à la campagne d’Emmanuel Macron de 2017, selon des informations de la cellule investigation de Radio France. Une ancienne cadre considère que ces activités auraient dû être "facturés" et "déclarées" dans les comptes de campagne.

L’affaire n’est pas nouvelle. En 2016, une dizaine de consultants de McKinsey aurait participé à la campagne d’Emmanuel Macron, en lice pour un premier mandat à la Présidence de la République. France Inter révèle le témoignage d’une ancienne cadre, qui considère que ces activités auraient dû être "facturés" et "déclarées" dans les comptes de campagne.

"On n’a pas vraiment d’horaires. Quand j’y étais, la blague qui tournait c’était que McKinsey était la seule entreprise où il y avait autant de gens au bureau en semaine que le week-end", se souvient Florence (le prénom a été modifié), une cadre du groupe américain.

En octobre 2022, une information judiciaire était ouverte par le Parquet national financier (PNF) pour "tenue non-conforme de comptes de campagne" et "minoration d’éléments comptables" concernant les campagnes présidentielles d’Emmanuel Macron de 2017 et 2022. La justice doit donc déterminer si McKinsey n’a pas fourni au candidat d’En Marche des prestations qui auraient dû être comptabilisées dans les comptes de campagne.

"Tout ce travail aurait évidemment dû être facturé et déclaré dans les comptes de campagne, assure Florence. Chez McKinsey, un directeur associé senior facture sa journée chez un client de 8 000 à 12 000 euros et un directeur associé de 4 000 à 6 000 euros. Ils ne le diront jamais officiellement, mais ce sont les tarifs."

Une autre information judiciaire a été ouverte pour "favoritisme" et "recel de favoritisme". Cette enquête vise à déterminer si McKinsey n’a pas obtenu, en échange de ces prestations, des contrats publics de manière indue, une fois Emmanuel Macron au pouvoir.

En 2020, McKinsey a obtenu de nombreux contrats en lien avec la pandémie de Covid-19 : au moins 13 millions d’euros, pour des missions portant sur la vaccination, le passe sanitaire ou encore sur la reprise des transports collectifs. Dans un discours, le 21 juillet 2020, Emmanuel Macron ira même jusqu’à remercier "les équipes de McKinsey & Company" pour leur "appui stratégique et méthodologique".

L’instruction sur cette affaire est en cours. Selon des informations de Radio France, de nouvelles perquisitions ont eu lieu le 22 mars dernier au domicile d’un dirigeant de McKinsey et chez un ancien collaborateur du président de la République.

publié le 4 avril à 08h30, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux